Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 02Article 616849

Actualités Régionales of Thursday, 2 September 2021

Source: La Voix du Centre

Bafang: l’ancien et l’actuel maire terrorisent les populations

Ils sont accusés par les populations d’utiliser leur position pour arracher toutes leurs terres Ils sont accusés par les populations d’utiliser leur position pour arracher toutes leurs terres

Ces derniers sont accusés par les populations d’utiliser leur position pour arracher toutes leurs terres.

Les populations de la ville de Bafang, dans l’Ouest du Cameroun crient au haro. Ces dernières sont sous l’emprise de Pierre Nkwouemo et Anne Djomkam, respectivement ancien et actuel maire de la commune de Bafang dans le Haut-Nkam, qui utilise leur position pour arracher toutes les terres des populations.

C’est ainsi que dans un mémorandum rendu public, la famille Ngameni qui est au centre d’une affaire de terrain avec ces bourreaux, en appelle le ministre de la justice, garde des sceaux, Laurent Esso au secours.

Dans ce mémorandum, Jean Ngamani, qui est par ailleurs notable à la chefferie supérieure du groupement Bafang, raconte que « nous avions entrepris de construire un immeuble sur un fragment de 301 m2 de notre domaine au quartier Logsack dans le centre urbain de la ville de Bafang courant année 2018 alors que monsieur Kwouemo Pierre était maire et madame Djomkam Anne première adjointe ».

Mais, lit-on, « grande a été notre surprise de constater que la mairie déploie des équipes’ conduites par madame Djomkam Anne, pour d’abord y implanter des plaques avec la mention : « commune urbaine de Bafang terrain à ne pas vendre », puis emporter pour des destinations inconnues, des stocks importants de matériels de construction et en fin, y engager à leur compte, des travaux de construction illégale d’un bâtiment ».

L’affaire portée au tribunal de Bafang

La famille Ngamani qui vivait cette injustice, a décidé de porter l’affaire devant les autorités judiciaires. C’est ainsi qu’elle a d’abord saisi les autorités locales compétentes après avoir effectué des constats d’huissier. Ce recours vers les autorités ont produits les résultats Suivants : le sous-préfet de l’arrondissement de Bafang a ordonné l’arrêt des travaux.

Malheureusement, l’affaire ne connaîtra pas une suite favorable pour la famille Jean Ngamani. Car, « cette ordonnance n’a pas ébranlé la mairie et elle a continué à effectuer les travaux sur le site ». Face à cette situation, la famille saisi également le tribunal, qui a effectué plusieurs descentes de constations sur le terrain.

Le tribunal de Bafang a rendu un jugement qui donnait gain de cause à monsieur Ngameni Jean. Mais « cela n’a pas empêché une fois de plus, madame Djomkam Anne de poursuivre illégalement les travaux ». Par ailleurs, même la décision du tribunal n’a pas pu arrêter cette machine de marginalisation qui sévit dans cette ville de l’Ouest Cameroun. Les populations en appellent donc au bon sens de Laurent Esso.

Rejoignez notre newsletter!