Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 01Article 545560

General News of Thursday, 1 October 2020

Source: hurinews.com

Ayaba Cho Lucas dément la reprise des cours dans le NOSO

Depuis quelques jours, les activistes et autres soutiens inconditionnels du régime Biya font circuler sur les réseaux sociaux et avec enthousiasme, des informations selon lesquelles des leaders indépendantistes anglophones ont appelé au retour des classes dans le SOUTHERN CAMEROONS connu comme étant le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun. Il n'en est strictement rien.

L'Interim Government, gouvernement intérimaire et légitime auquel obéissent le peuple anglophone et les combattants indépendantistes, a soutenu, à travers un Tweet de son président Samuel Sako Ikome, que les cours ne reprendront en zone anglophone qu'après des négociations ayant abouti à un cessez-le-feu et la constitution par l'ONU des zones de sécurité autour des établissements scolaires. Même le très controversé leader indépendantiste Ayaba Cho Lucas, de l'Ambazonia Government Council (AGC), faction rivale du Interim Government, a dit non à une reprise des classes sur ordres de Yaoundé, sur son compte Facebook.

Seuls Sisiku Ayuk Tabe (incarcéré à Yaoundé) et quelques activistes anglophones qui lui sont proches, se sont prononcés en faveur de la reprise des classes dans le Southern Cameroons. Mais que représente encore Ayuk Tabe dans le mouvement indépendantiste anglophone dès lors qu'il est de notoriété publique qu'il s'est compromis avec le pouvoir Biya en créant un autre Interim Government depuis la prison principale de Yaoundé pour faire concurrence à celui légitime de Sako Ikome ?

L'ONU doit être tenue pour responsable de la non reprise des cours dans le Cameroun anglophone depuis 4 ans du fait de son inaction face à l'intensification par l'armée camerounaise des massacres et assassinats ciblés sur des civils aux mains nues dans le Southern Cameroons. C'est pourtant sous l'égide des Nations Unies que des négociations de sortie de crise doivent être engagées entre le gouvernement de Yaoundé et les indépendantistes anglophones car ce conflit à pour cause profonde l'annexion du Southern Cameroons par la République du Cameroun le 30 septembre 1961, en violation de l'article 76-b de la Charte des Nations Unies, des Résolutions onusiennes 1541 du 15/12/1960 et 1608 du 21 avril 1961.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter