Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 31Article 585100

General News of Wednesday, 31 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Avec leur richesse, Mme Abah Abah devrait se taire ou se faire discrète - Sismondi Bidjoka

Ce mercredi 31 mars, Caroline a adressé une ode à son mari Polycarpe Abah Abah en prison depuis 13 ans déjà. Une souffrance qu'elle décrit en ces lignes. Mais face à sa douleur de n'avoir pas son compagnon au quotidien, la réponse du journaliste résonne fort. "Il estime que Mme Abah Abah a largement profité de l’argent déourné par son époux. Par conséquent, elle devrait se taire ou se faire discrète".

La femme en détresse soutient fortement l'idée d'une transition politique au sommet de l'Etat. Elle désire, à en croire sa confidence, que Biya soit remplacé par un autre ou décédé d'une mort naturelle. « Notre pays a un régime présidentiel, ce qui veut dire que l’exercice du pouvoir au sommet de l’Etat est limité dans le temps. Il n’est donc pas éternel. Ce qui signifie aussi que tôt ou tard, Monsieur Biya devra laisser la place à un autre camerounais, soit par les urnes, soit de manière naturelle, car c’est le sort réservé à tout être humain, sans exception », a-t-elle indiqué.

Une sortie qui n'avait pas laissé le journaliste Camerounais indifférent Sismondi Barlev Bidjoka. Il trouve cette sortie maladroite.

« Ce texte (…) de Caroline Meva, l’épouse du ministre Polycarpe Abah Abah, le problème de ce texte effectivement c’est l’auteure. Caroline Abah Abah dont le mari est incarcéré pour détournement de bien publique fait partie de la catégorie de camerounais privilégiés vivant avec une cuillère en or dans la bouche, ayant tout eu de ce régime; même la maison qu’elle occupe en France a été acheté par l’argent des Camerounais. », a-t-il réagi sur facebook.

« J’ai envie de de vous demander de la fermer »
« La fortune amassée par son mari et elle leur permet de vivre heureux pendant deux siècles. C’est donc très facile, de s’assoir chez les blancs, après avoir été exfiltrée dare dare et se mettre à donner des cours de démocratie. Ce discours, Caroline Abah Abah n’a pas le droit de le tenir, car l’argent amassé par son mari qui lui permet de jouir au sens propre a été acquis sous ce régime qu’elle découvre subitement comme n’étant point démocratique. Caroline Abah Abah croit pouvoir échapper à la justice du peuple avec un tel revirement ! Vous vous trompez madame, votre histoire est encore trop récente pour qu’on puisse l’oublier. Pour l’instant, j’ai envie de de vous demander de la fermer », a -t-il déclaré.


Voici l'intégralité de l'Ode de Caroline Meva adressée à son mari


31 MARS 2008 - 31 mars 2021.
Ô jour funeste !
Anniversaire de malheur !
Pas 13 jours, ni 13 mois, mais 13 ans en prison.
13 ans que l'injustice des hommes
A cruellement brisé nos vies.

13 longues années tous seuls, sans toi,
Livrés à notre triste sort.
13 ans de souffrances sans nom,
13 ans d'humiliations, de dénigrements et de frustrations.
Serons-nous à nouveau réunis ?
Serons-nous à nouveau une famille ?
Ou resterons-nous, à jamais
Une famille suppliciée, écartelée, éparpillée ?
Nul ne le sait

Mais nous n'avons, pour seules consolations,
Que notre foi d'airain, chevillée au corps,
Et le ferme espoir qu'un jour, le Seigneur,
Le juste juge, te ramènera à nous
Parmi les tiens, dans ta maison ;
Que le beau temps reviendra après la pluie ;
Que nos visages tristes, maculés de douleur,
Scintilleront à nouveau de bonheur.

Tiens bon, CHAMPION !
Rien n'est perdu, gardons espoir !
Par la grâce du Seigneur
De cette difficile épreuve, nous serons vainqueurs.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter