Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 13Article 548479

General News of Tuesday, 13 October 2020

Source: sputniknews.com

Autoroute Douala-Yaoundé : un média russe enfonce le clou avec d'autres révélations

Une polémique est née au Cameroun après la diffusion d'un reportage sur la construction de l'autoroute Douala-Yaoundé. Le kilomètre de ce chantier, prévu pour être livré en 2018, est présenté comme l’un des plus chers d'Afrique et en six ans de travaux, seulement 60 km sur les 196 prévus ont été réalisés.

Pourquoi le chantier de l’autoroute qui doit relier Douala à Yaoundé, les deux principales villes du pays, fait-il débat dans l’actualité au Cameroun? La polémique autour de ce projet a refait surface au lendemain de la diffusion sur la chaîne France 24, le 8 octobre dernier, d'un reportage mettant en lumière les retards accusés dans l’exécution des travaux ainsi que des soupçons de corruption. Évalué à près de 7 milliards de francs CFA (soit 12 millions de dollars), le kilomètre cette autoroute est présenté comme l’un des plus chers d'Afrique.

Démarré en 2014, l'ouvrage aurait déjà dû être livré il y a deux ans. Mais sur les 196 kilomètres de la future chaussée, seuls 60 ont été réalisés en six ans, un tronçon qui correspond à la première phase du projet. Interrogée par les journalistes de la chaîne française sur les raisons de ce retard, la compagnie chinoise de BTP China First Highway Engineering, en charge cette partie du projet, dit ne pas avoir l'argent nécessaire pour poursuivre les travaux. «Le gouvernement n’a pas encore signé un dossier qui s’appelle "mécanisme de remboursement". Cela a bloqué le paiement du côté d’Exim Bank», souligne dans le reportage Mr Weng, directeur exécutif de l’entreprise de BTP.
«La banque chinoise, qui finance le projet à hauteur de 85 %, a cessé de le faire parce que Yaoundé ne présentait aucune garantie de remboursement», suggère le site Actucameroun.com, citant une source bien informée.
Tant le retard accumulé dans la livraison du chantier que les milliards de francs CFA que coûte le projet ont fait naître une vive polémique au sein de l'opinion.

Un kilomètre au coût «trop élevé»?
Dans un rapport publié en 2018, la Banque mondiale, qui projetait un coût final du kilomètre de cette infrastructure à 11 millions de dollars (près de 6,5 milliards de francs CFA), jugeait déjà ce montant «trop élevé» en comparaison avec d’autres projets africains du même acabit.

L’institution financière internationale a fait remarquer que le kilomètre d’autoroute revenait à 3,5 millions de dollars (environ 2 milliards de francs CFA) en Côte d’Ivoire et à 3 millions de dollars (près de 1,7 milliard de francs CFA) au Maroc. Dans le pays, ces montants astronomiques donnent le tournis et alimentent les conversations. Pour Jean-Bruno Tagne, essayiste camerounais, auteur notamment de Accordé avec fraude (Ed. Shabel, 2019), «même s’il faut prendre conscience que les coûts de pareils ouvrages prennent en compte des paramètres qui peuvent changer d’un pays à un autre, on peut quand même être étonné que la différence passe parfois du simple au double, voire au triple. C’est assez curieux».

«En six ans, on n’a pas réussi à réaliser ne serait-ce que la moitié de l’autoroute Yaoundé–Douala, longue de 196 km. C’est vraiment dommage. Mais cela n’étonne personne quand on connaît le rythme des grands chantiers dans ce pays», se désole l’auteur au micro de Sputnik.


«On a du mal à se souvenir du dernier grand chantier au Cameroun qui a été réalisé dans les règles de l’art et dans les délais sans anicroche. Prenez le stade Paul Biya d’Olembe: la pose de la première pierre a eu lieu en 2009. Dix ans plus tard, il n’est toujours pas achevé…», renchérit-il.

Un interminable projet?


En juin 2020, les retards accusés et les coûts engendrés par la construction de cette autoroute ont fait l’objet d’une question orale lors de la séance plénière du Sénat. En effet, les travaux du premier tronçon de cet axe (Yaoundé-Bibodi, 60 km), débutés le 13 octobre 2014 pour une durée de 48 mois, avaient déjà connu deux prolongations des délais de 12 et 14,5 mois.

Dans sa réponse aux élus, le ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi avait soutenu que «la modification du profil en travers de l’ouvrage» était une des raisons essentielles des retards ayant conduit à ces prolongations, rapporte le site d’information Investir au Cameroun. Selon lui, le marché initial conclu avec la China First Higway Engineering portait sur «une route express en 2x2 voies avec une vitesse de référence de 90 km/h». Mais pour inscrire cette infrastructure «dans la modernisation de manière irréfragable […],?nous aménageons une autoroute en 2x2 voies, extensible à 2x3 voies avec une vitesse de référence de 110 km/h», a expliqué le ministre.
Des modifications ayant conduit à «une énorme variation de la hausse du volume des travaux à réaliser» et qui ont fait revoir le coût du projet à la hausse. Le montant prévisionnel des 60 premiers kilomètres est ainsi passé de 338,7 milliards de francs CFA TTC (608 millions de dollars) à 423,6 milliards (761 millions de dollars).

Et comme si cela ne suffisait pas, les nombreux villageois affectés par ces travaux n'ont jamais été indemnisés et réclament encore justice.

Cette énième polémique a le mérite d’interroger, souligne Jean-Bruno Tagne, sur le suivi de l’ensemble des grands chantiers au Cameroun.

«Ce qui ailleurs se fait proprement et sans souci devient très complexe au Cameroun. Pourquoi? Il y a une bureaucratie excessive, une absence d’autorité sur tous ces chantiers. En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara est pratiquement le chef de ses chantiers, il y veille. Pareil au Rwanda avec Paul Kagame. Au Cameroun, qui contrôle quoi? Personne», se désole l’auteur.
Un communiqué du ministère des Travaux publics datant du 5 octobre a indiqué que le groupement français Sogea-Satom-Vinci/Razel-Fayat a été présélectionné pour décrocher le contrat de construction et d’exploitation de la seconde phase (136 km) de cette autoroute. Pour ce tronçon, le ministre espère éviter tous les retards accusés dans la première étape. Un pari qui est loin d’être gagné.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter