Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 08Article 525979

General News of Wednesday, 8 July 2020

Source: Actu Cameroun

Attaques à Yaoundé: voici ce que cache la multiplication d’engins explosifs dans la capitale


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Déjà trois bombes artisanales qui ont explosé à Yaoundé. Plusieurs interrogations charrient ces événements pour le moins inédit au Cameroun. Qui sont-ils et pourquoi le font-ils ? Les auteurs desdits actes courent toujours, propageant la peur dans les esprits. Yaoundé est tendue et hyper militarisée….Et pourtant !

La stupeur gagne de plus en plus d’ampleur à Yaoundé, depuis l’annonce de plusieurs explosions de bombes artisanales. La capitale politique siège des institutions, est au bord de la panique. Son hyper militarisation ainsi que toutes les mesures de sécurités prises par les autorités compétentes n’y changent rien. Jadis présenté comme le dernier verrou de sécurité et de paix, Yaoundé tremble avec ses habitants.

Nos institutions pourraient même en pâtir, si ces explosions de bombes artisanales avec ses corollaires de dégâts matériels et humains, ne s’estompent pas rapidement. Il a fallu dans un message porté le 2-2 juin 2020 du délégué régional pour le Centre de la Sûreté nationale, que le Commissaire divisionnaire Ngah Didier, alerte tous les Chefs d’Unités de la Région du Centre, pour que le « pot aux roses » soit éventré.

« Suite à l’évolution du contexte sécuritaire dans la ville de Yaoundé, caractérisé par l’explosion de deux engins explosifs improvisés (Eei) dans la nuit du 20 au 21 juin 2020, la haute hiérarchie recommande des fouilles sécuritaires des taxis et autres véhicules suspects, de jour comme de nuit, sans tracasseries. Il est demandé en conséquence de procéder à des fouilles corporelles de chauffeurs, ainsi que des occupants ; d’accentuer les fouilles de sacs à dos, des males arrières, de boites à gants, capots, dessous de Sièges des véhicules en vue de recherche d’armes à leu, d’armes blanches, de drogues, d’explosifs.

Il est par ailleurs recommandé de multiplier des opérations coup de poing et autres opérations de police de bouclage, ceci de toute urgence, et rendre compte à la haute hiérarchie « . Ainsi a été libellé les instructions du délégué régional par intérim de la police du Centre. A ces instructions dont une large diffusion a été recommandée, le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie Galax Etoga a renchéri le 24 juin 2020 en prescrivant les mêmes injonctions aux gendarmes.

Flop des mesures

Deux bombes artisanales venaient d’exploser dans la nuit du 20 au 21 juin 2020 au quartier mini-ferme à Melen, et au quartier Emana à Yaoundé. Ces faits pour mémoire de yaoundéens sont rarissimes dans la capitale et appelle à une plus grande vigilance, mais exigent davantage une plus grande corporation des populations pour que cesse ces attentats, dont les mobiles ainsi que leurs auteurs restent recherchés.

Ces communiqués aussi bien des responsables de la police que de la gendarmerie, seraient passés inaperçus, si le 02 juillet 2020 au quartier Damas à Yaoundé, vers 20h, un autre engin explosif ne faisait de dégâts matériels et humains, ceci 10 jours après la multiplication de patrouilles et des opérations coup de poing dans la capitale. L’explosion du 02 juillet dernier, sera plus retentissante tant est qu’elle fera 4 blessés et de nombreux dégâts matériels.

« …J’ai appris avec vive émotion et émoi, l’explosion de deux bombes apparemment artisanales ce soir au lieu dit Rond point Damase. A en croire les premières informations des membres de mon équipe dépêchés sur les lieux, il aurait des blessés graves. A ces victimes ainsi qu’à leurs familles sous le choc, je voudrais témoigner mon réconfort », a écrit le leader du Peru et député du Nyon ékellé dans le Centre, l’honorable Cabral Libii. Une situation qui ne manque pas de susciter des interrogations sur l’identité et les réels mobiles des auteurs de ces explosions.

Mais il parait évident que ces derniers voudraient accroitre la stupeur dans les esprits des habitants de la capitale, en déportant une guerre soit du NoSo, soit des bandes armées centrafricaines, ceci afin de déstabiliser les institutions de la République. Par ailleurs, le contexte de fin de règnoaiguise les appétits pou-voiristes de toutes parts, brouillant les pistes sur les suspects potentiels, tout en assombrissant davantage l’univers de la guerre de clans qui prévaudrait au sein du sérail, ceci en vue de s’emparer du pouvoir le cas échéant.

L’occasion faisant le larron, c’est ainsi que la crise anglophone a fini par prendre une ampleur aujourd’hui loin d’être maitrisée. Comme pour la Can 2019 qui a discréditée la parole présidentielle, les attentats répétés dans la capitale politique et siège des institutions, peuvent vouloir dire au Prince que c’est tout le pays qui va mal, lui qui donne de plus en plus, des signes de fatigue. » Quand Yaoundé respire, le Cameroun vit » dixit Paul Biya lors des villes mortes dans les années 1990. Comme quoi, si Yaoundé éternue en 2020, c’est tout le Cameroun qui sera grippé.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter