Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 26Article 515596

General News of Tuesday, 26 May 2020

Source: cameroonvoice.com

Attaque du domicile de Kamto : voici le plan caché du régime Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le leader du MRC n’a pas été atteint personnellement, mais le Pr. Maurice Kamto, ancien principal challenger de Paul Biya à l’élection présidentielle de 2018, ainsi que ses centaines de milliers de soutiens au Cameroun, ont eu des sueurs froides en fin de matinée de ce lundi 25 mai 2020.

La raison de ce désagrément, l’assaut donnéà sa résidence par des partisans du régime, qui tenaient non seulement à donner le change à la suite de l’assaut donné le 4 mai dernier à l’ambassade du Cameroun à Berlin par des Camerounais de la diaspora –opposants au régime- pour manifester contre le silence du président Paul Biya en temps de catstrophe (la pandémie du Coronavirus en l’occurrence), mais aussi pour « montrer à Kamto et ses talibans un avant-goût de ce dont est capable la jeunesse Ekang si les allogènes installés sur nos terres continuent de s’en prendre ou de manquer du respect au patriarche des patriarches Ekang », pour reprendre le propos de l’un des manifestants (la soixantaine entamée)recueilli sur place par nos correspondants.

Selon les indiscrétions de quelques-uns de ces manifestants qui ne semblaient cependant pas déterminés à un engagement allant au-delà d’un « dernier avertissement » (Sic), et auxquels se sont opposés plus ou moins mollement des partisans du candidat autoproclamé vainqueur de la présidentielle de 2018 au Cameroun, « il est temps désormais que Kamto et les siens sachent que les Bétis ne dormiront plus tant que lui il continuera d’inciter les siens à s’en prendre au président élu du Cameroun. Et si les autres ne veulent pas défendre la légalité républicaine, nous allons nous en charger. Ce ne sera pas une affaire de l’armée ou de la police. » (Sic).

Alertés, des militants du MRC sont assez tôt intervenus, quoique plus ou moins mollement, mais de manière assez significative en nombre, pour faire comprendre aux assaillants qu’ils n’étaient pas en terrain conquis.

De nombreux observateurs habitués aux méthodes de répression en usage au Cameroun se sont cependant dits surpris que malgré le ramdam causé par les assaillants dans un premier temps, puis par les antagonistes avec l’arrivée das partisans de Maurice Kamto visiblement plus nombreux, les forces du maintien de l’ordre ne sont pas intervenues, ne serait-ce que pour prévenir un affrontement qui aurait pu se révéler sanglant par ces temps politiques d’une extrême délicatesse où « la moindre étincelle peut être à l’origine d’une grave déflagration ».

Des militants du MRC ont témoigné que des agents de renseignements, dont un militaire en tenue civile étaient présents sur les lieux, sans pourtant dire si ceux-ci faisaient partie des assaillants ou s’ils y étaient à des fins sécuritaires.

Utiliser contre Kamto la méthode qui a réussi contre la France lors de l’affaire Calibri Calibro ?
Et les mêmes de se féliciter de la sagesse des uns et des autres, notamment des assaillants qui, « nonobstant la mission à eux assignée par leurs commanditaires, nont pas poussé le bouchon plus loin, permettant ainsi d’éviter ce qui aurait pu toourner en un affrontement intercommunautaire comme des partisans du régime semblent le préparer depuis des années, depuis le retour du multipartisme au Cameroun ».

Pour un responsable du MRC à Yaoundé qui a préféré laisser la primeur de la réaction officielle au Directoire du parti, cette agitation n’était qu’une tempête dans un verre d’eau organisée à dessein par quelques stratèges du pouvoir en panne d’inspiration pour faire peur à Maurice Kamto, parce que sa résidence est située dans une zone réputée pour le soutien ethnique de ses populations au régime. Pas plus. Ils ont fait a même chose en février à l’ambassade de France, et ont réussi à le faire plier, et pense que maintenant qu’ils ont réussi à faire taire Macron et la France, exactement comme ils avaient réduit François Hollande au silence avec l’affaire de la prise d’otage de la famille Moulin Fournier, le moment est venu d’utiliser la même manœuvre contre Kamto.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter