Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 29Article 516409

General News of Friday, 29 May 2020

Source: cameroonvoice.com

Attaque du domicile de Kamto: vers un soulèvement populaire


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Toutes les actions posées ces derniers temps par le régime semblent se retourner contre lui, quand elles ne révèlent pas tout simplement, en même temps que sa vraie nature manipulatrice, sa gaucherie congénitale. Ainsi en est-il de l’attaque de la résidence de Maurice Kamto que des mystificateurs tentent d’attribuer à des « patriotes » qui auraient simplement voulu venger les « institutions républicaines » qui seraient en péril du fait des agissements des partisans de Kamto.

On sous-entend ici par “institutions républicaines” l’ambassade du Cameroun en Allemagne occupée temporairement le 4 mai dernier par des Camerounais de la diaspora qui protestaient ainsi contre le mystère qui entoure la vie (ou la mort) du président camerounais porté disparu depuis fin mars et dont quelques réapparitions aux côtés des diplomates étrangers n’ont pas réussi à convaincre une bonne frange de ses concitoyens qu’il ne s’agissait pas d’une réalisation vidéographique.

A cela, il faut ajouter les attaques de l’ambassade du Cameroun à Paris après que l’armée et la police eurent réprimé dans le sang les marches pacifiques du 26 janvier 2019 contre le “holdup électoral”, et les manifestations contre les voyages de Biya dans les pays étrangers durant l’incarcération de Maurice Kamto et des militants de l’opposition. Des crimes de lèse-majesté qui n’ont jamais porté la signature de Kamto, celui-ci les ayant du reste condamnés quand l’occasion lui était donnée, mais que le régime et ses fanatiques s’obstinent à lui imputer pour la simple raison que sa personne fédère tout ce qui représente l’adversité véritable au pouvoir en place.

Si l’on en croit un site d’informations proche du régime de Yaoundé, mais brillant cependant par sa modération, la prise d’assaut de la résidence de l’homme qui a commis le crime de révéler la véritable nature des élections au Cameroun, mais aussi de montrer que malgré toutes les fraudes le régime peut quand même être battu à l’issue de ses élections, aurait eu pour but de faire ressentir à Kamto ce que ressent Paul Biya quand il est pourchassé dans les pays étrangers par des Camerounais de la diaspora… se réclamant de Kamto.

On l’aura donc compris, malgré les prises de distance de Maurice Kamto et de ses amis et alliés politiques avec les maximalistes et tous ceux qui développent des thèses tribalistes, le régime, tel le loup de la fable disant à l’agneau que si ce n’est lui c’est donc son frère, veut à tout prix faire porter à celui qui est considéré par ses partisans comme le véritable président élu du scrutin présidentiel du 7 octobre 2018, une casquette de chef tribal(iste) plus grosse que sa tête. Bien plus, ceux qui ont monté le coup du 25 mai et recruté des exécutants pour faire payer au leader du MRC les déboires de leur chef à eux, ont, par cet acte, montré clairement que non seulement Paul Biya n’est pas le président de tous les Camerounais –mécontents comme satisfaits- mais un chef de clan ou un chef tribal, mais également, que malgré les attributs de chantres de l’unité nationale et du vivre ensemble dont ils se prévalent, ils considèrent Maurice Kamto comme un étranger à Yaoundé, de la même façon que Biya est étranger à Genève, à Tokyo, à Washington, à Paris…

Sauf qu’ils sont seuls à être convaincus que leur manœuvre peut passer comme lettre à la poste, sans rencontrer d’opposition. Car en fait, suite à l’appel à rester vigilants et mobilisés lancé par Maurice Kamto après le “coup de semonce” du 25 mai, de nombreux Camerounais dont nous ne relaierons pas ici textuellement les avis de nature à ébranler les convictions de ceux qui accordent encore une chance à la paix au Cameroun, se disent désormais prêts à aller aux charbons, advienne que pourra, si quelque chose arrivait à Kamto.

Sur les réseaux sociaux, on note la montée de plusieurs crans d’un sentiment vengeur chez ceux qui ne portent pas le régime dans leur cœurs, et qui croient qu’il est temps de renverser par tous les moyens le système au nom duquel les vengeurs et les rancuniers du régime agissent.

Comme quoi, il ne faut jamais pousser des pacifistes à repousser leurs limites.

Puisse Dieu préserver le Cameroun, jadis havre de paix, de l’escalade vers laquelle certains de ses fils l’entrainent ?

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter