Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 21Article 574756

General News of Sunday, 21 February 2021

Source: Actu Cameroun

'Atanga Nji doit demander pardon aux autorités traditionnelles du Noso'

Directrice exécutive du Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme de l’Afrique Centrale (REDHAC), elle affirme que le ministre de l’Administration territoriale a livré les chefs traditionnels de cette partie du Cameroun à la merci des séparatistes.
Au Cameroun, qui connait Maximilliene Ngo Mbe ? Cette femme est la Directrice exécutive du Réseau des Défenseurs des Droits de l’Homme de l’Afrique Centrale (REDHAC). En effet, le REDHAC est une coalition de défenseur-ses des droits humains actifs dans huit pays d’Afrique Centrale, basée à Douala au Cameroun. La coalition œuvre aussi pour l’égalité des droits pour la communauté LGBTI.

Dans une publication ce dimanche 21 février 2021 sur sa page Facebook, elle tient Paul Atanga Nji, le ministre camerounais de l’Administration territoriale responsable de l’assassinat des chefs traditionnels dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Justice réconciliation
« Le ministre Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration Territoriale doit absolument demander pardon aux autorités traditionnelles du Noso », a-t-elle écrit avant de clarifier par la suite pourquoi elle accuse le ministre de la force de l’expérience (Paul Biya). Dans la foulée, elle soutient que les chefs n’étaient pas en sécurité dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, mais l’entêtement du ministre a conduit à l’irréparable.



« Nous n’avons de cesse de dire que dans le cadre des dialogues intercommunautaires organisés par le Redhac, les chefs traditionnels ont toujours déclaré qu’ils n’étaient pas en sécurité et il ne serait pas bon de les laisser rentrer en l’état actuel de la situation. Ces vidéos existent. Le ministre le savait et le sait. L’entêtement du ministre de l’Administration Territoriale est inacceptable », souligne celle-ci avant de militer pour la mise sur pied d’une commission vérité. « Enfin et vivement la commission vérité justice réconciliation. Bon dimanche dans la paix », a-t-elle conclu.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter