Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 15Article 520654

General News of Monday, 15 June 2020

Source: cameroon-info.net

Assemblée Nationale: des députés tendent la main à la diaspora


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’initiative d’un Réseau des Parlementaires pour la Diaspora a vu le jour, et se positionne comme intermédiaire entre les Camerounais de l’étranger et l’Etat.

La liaison est brouillée ces dernières années entre la diaspora camerounaise et l’Etat du Cameroun. Le courant ne passe visiblement plus et nombreux ont plus ou moins coupé le cordon ombilical avec leur pays. Pourtant, cette entité de la population représente une véritable force dans la prospérité de l’économie locale. Et plus la distanciation se renforce, plus cette économie et les ménages camerounais qui vivent au jour le jour en subissent les conséquences.

C’est en cela que des députés de l’Assemblée Nationale, regroupés autour du Réseau des Parlementaires pour la Diaspora (RPD), ont décidé de faire les yeux doux à ces Camerounais et de tenter de les réconcilier avec leur pays. Cette entité a donné une conférence de presse le 13 juin 2020 à l’hôtel des députés de Yaoundé, pour donner la quintessence de cette initiative qu’elle a mise sur pied.

«Ce réseau est une plateforme d’écoute. Nous voulons servir d’interface. Nous voulons aider nos compatriotes de la diaspora à résoudre un certain nombre de problèmes qui se posent à eux. Pour le faire, nous voulons d’abord les écouter. Vous n’aidez pas les gens sans savoir quels sont leurs problèmes. Il faut écouter tout ce qu’ils ont à dire. C’est à la suite de cela que nous allons voir comment nous pouvons aider le gouvernement à solutionner leur problème. Notre réseau veut servir d’interface entre nos compatriotes de la diaspora et les institutions de la République», a déclaré le président du RPD, Louis Henry Ngantcha, dans des propos relayés par Le Jour de ce lundi 15 juin 2020

Ce dernier pense que pour parvenir à la réconciliation, il faut accorder une oreille attentive aux problèmes posés par les membres de la diaspora, et surtout éviter de les cataloguer en taxant une frange de diaspora positive et une autre de diaspora négative. «Il n’y a pas de bons enfants et de mauvais enfants. Ce sont les enfants du Cameroun», tranche Louis Henry Ngantcha.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter