Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 09Article 587818

General News of Friday, 9 April 2021

Source: Cameroon Info

Assemblée Nationale: ce que proposent les députés pour combattre la corruption

Plusieurs propositions ont été faites ce 8 avril 2021 par les élus de la Nation. C’était au cours d’une séance plénière consacrée à l’exposé du président de la Commission Nationale Anti-Corruption, Dieudonné Massi Gams, sur les avancées et les attentes de la CONAC dans la lutte contre la corruption.
La session parlementaire du mois de mars se poursuit. A l’Assemblée Nationale, la journée du jeudi 8 avril 2021 a été marquée par une séance plénière consacrée à la lutte contre la corruption au Cameroun. Occasion pour le président de la Commission Nationale Anti-Corruption (CONAC), Dieudonné Massi Gams, de présenter les avancées et les attentes de la CONAC en matière de lutte contre ce fléau, qui continue d’étendre ses tentacules malgré les nombreuses structures mises en place pour le combattre.

Si les députés présents lors de cette séance ont salué les actions menées par le président de la CONAC à la tête de cette institution, il n’en demeure pas moins que «son exposé sur la longue lutte du Cameroun contre la corruption n'aura pas convaincu entièrement les élus du peuple qui n'ont pas tardé à monter au créneau», rapporte le journal Le Messager dans son édition du 9 avril 2021.

Selon le journal, que ce soit l'UDC, le PCRN, le FSNC, le SDF et le RDPC, tous les partis ont fait montre d'un militantisme à nul autre pareil pour le Cameroun avant tout. Plusieurs résolutions visant à lutter efficacement contre la corruption ont été adoptées par la plénière.

Au niveau de la mise en œuvre de la stratégie nationale contre la corruption, «il faut mettre en place au sein de chaque administration des cellules indépendantes et opérationnelles de la lutte contre la corruption. En deuxième lieu, il faut évaluer régulièrement les stratégies de lutte contre la corruption et déployer les mécanismes de dissuasion. En troisième place, il est recommandé de mettre en œuvre le mécanisme de confiscation des biens mal acquis et de recouvrement des avoirs illicites à titre préventif et définitif», peut-on lire.

Les députés ont aussi suggéré la mise en place de mesures incitatives pour la dénonciation des cas de corruption et de blanchiment des capitaux et adopter un mécanisme de protection des lanceurs d'alerte. Il est également recommandé de mettre en place une véritable synergie de collaboration au-delà du numéro vert entre les services de la CONAC et les populations.

La Représentation nationale a estimé qu'il faut introduire les modules de lutte contre la corruption dans les curricula pédagogiques à partir du cycle primaire. Les députés suggèrent aussi d'identifier les milieux administratifs qui favorisent la corruption et de procéder à une simplification des mesures administratives, voire à leur dématérialisation. Ils recommandent de promouvoir la probité, l'éthique et la déontologie dans la gestion des affaires publiques et au sein des administrations privées, entre autres.

D’après Le Messager, les députés ont aussi recommandé de mettre en application de manière effective les dispositions de l'article 66 de la Constitution sur la déclaration des biens, et l'élargissement du champ d'action de la CONAC au secteur privé avec la possibilité de saisir les instances judiciaires.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter