Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 13Article 534355

General News of Thursday, 13 August 2020

Source: dailynewscameroon.com

Assassinat violent de Muyuka : le gouvernement ambazonien sous le choc

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux du massacre barbare d'un Camerounais du Sud à Muyuka, zone sud d'Ambazonie est inacceptable et le gouvernement intérimaire d'Ambazonie condamne cet acte avec force. Il n'y a pas de place dans le sud du Cameroun pour une cruauté aussi effroyable et les auteurs seront traduits en justice, quel que soit le temps et les difficultés nécessaires pour les appréhender.

Les premières enquêtes menées par nos services de renseignement ont mis en évidence des conflits familiaux sans lien avec notre lutte. Mais comme ce crime a été perpétré en Ambazonie, le Gouvernement intérimaire ne recule devant rien pour découvrir la vérité et traduire les auteurs en justice.

Les services de renseignement d'Ambazonia ont informé le gouvernement intérimaire ce matin que les câbles interceptés fournissent des preuves concluantes que les Atanga Nji Boys ont été embauchés pour commettre des actes criminels et sauvages similaires dans le sud du Cameroun dans le seul but de discréditer les forces d'autodéfense d'Ambazonie dans l'estimation de communauté.

Depuis plus de quatre ans maintenant, La République du Cameroun a déchaîné la terreur sur notre peuple avec l'incendie de plus de 421 de nos villages et le meurtre de plus de 10 000 Ambazoniens. Le récent enlèvement de quatre civils à Bafut qui ont été assassinés les mains liées et leurs corps sans vie découverts dans une rivière après quelques jours montre un schéma cohérent avec les actions précédentes de sauvagerie et de meurtre de sang-froid par les forces de la République du Cameroun.

En octobre 2019, l'agence de presse Xinhua a rapporté que plus de 30 groupes d'autodéfense avaient été créés dans le sud du Cameroun. En avril 2020, le gouvernement de la République du Cameroun a reconnu que ses forces avaient utilisé des groupes d'autodéfense lors de leur massacre de 24 Ambazoniens à Ngarbuh. Cet épisode était loin d'être un incident isolé et il y a maintenant une tendance croissante et inquiétante des groupes d'autodéfense en Ambazonie. C'est une grave préoccupation pour le gouvernement intérimaire car leur seul but est de semer le chaos et de commettre des atrocités ignobles.

L'exécution à Bambui par les forces françaises camerounaises du missionnaire américain Charles Wesco, l'exécution en plein jour dans un hôtel de Menka-Pinyin de 29 jeunes par des soldats français camerounais, l'incendie de Mami Appih Sarah, grand-mère de 96 ans à Kwakwa et la décapitation de Chiaba Samuel alias Sam Soya à Belo vivra longtemps dans la conscience de notre nation.

Il convient de rappeler que ces crimes odieux ont été photographiés par les forces françaises du Cameroun et publiés sur les réseaux sociaux dans le seul but de discréditer notre lutte aux yeux de la communauté internationale.

Les services de renseignement d'Ambazonia ont confirmé que ces actes visent à dresser notre population locale contre leurs forces d'autodéfense. Dans chaque communauté humaine, il y a des traîtres et il ne fait aucun doute que la République du Cameroun utilise désormais des milices comme ce fut le cas lors du massacre de Ngarbuh pour perpétrer des violences contre notre peuple. Nous avons identifié avec des preuves que de nombreux militaires et gendarmes du Cameroun français sont présumés Amba Boys la nuit en train de commettre ces carnages.

L'heure juste avant l'aube est la plus sombre. Il est cependant essentiel de noter que le simple fait d'être un peu ferme dans de tels moments prépare à surmonter le désespoir. La vallée des ombres de la mort que nous traversons maintenant se réalisera.

Malgré la violence et la brutalité sans fin du régime de Yaoundé, le Gouvernement intérimaire d'Ambazonie a toujours indiqué clairement que nous sommes prêts à trouver une fin pacifique à la guerre entre nos deux nations. Le gouvernement intérimaire lance un appel urgent aux Ambazoniens pour qu'ils prennent les dispositions suivantes.

Un besoin d'être stratégique dans nos actions et nos déclarations et de parler d'une seule voix au monde.
Restez vigilant au sein de vos communautés pour éviter de tels meurtres barbares de la part des milices du Cameroun français.
Pour éviter que de telles exécutions vicieuses ne se reproduisent, des mesures concrètes doivent être prises et appuyées par la communauté internationale pour créer une atmosphère de paix. Notre position politique est que les mesures de confiance suivantes créeraient une atmosphère propice à un engagement productif de toute nature avec le Cameroun français et que l'ensemble du processus devrait être souscrit par l'ONU, l'Union africaine, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Russie. .

Les principales mesures de confiance qui devraient être prises sont les suivantes:

Une intervention humanitaire des Nations Unies dans le sud du Cameroun. Cette action nécessaire garantira la sécurité de la population du sud du Cameroun et des travailleurs humanitaires.
La libération de tous les prisonniers politiques du sud du Cameroun détenus par la République du Cameroun dans diverses prisons et centres de torture.
Une mission internationale d'enquête pour enquêter sur les crimes perpétrés en Ambazonie par le régime de Yaoundé.
Le gouvernement intérimaire d'Ambazonie considère que l'adoption de ces mesures est essentielle à l'arrêt des crimes contre l'humanité et des nombreuses exécutions commises par les forces françaises camerounaises et leurs milices.

Ce voyage que nous avons entrepris est difficile et sanglant mais le résultat sera la liberté et l'indépendance. Personne ne peut dire avec certitude combien de souffrances supplémentaires nous subirons par le régime brutal de Yaoundé et combien d'autres massacres seront commis par leurs groupes d'autodéfense, mais nous devons continuer à regarder vers l'avenir et à garder les yeux sur le prix.

Nous n'accepterons certainement pas un retour au statu quo ni n'accepterons rien de moins qu'une indépendance totale. Cette fois, nous voulons une vraie liberté et une vraie paix.

Participez au sondage

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter