Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 08Article 518821

General News of Monday, 8 June 2020

Source: ndengue.com

Assassinat de Wazizi: un ‘cocktail molotov’ en gestation


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les syndicats et associations de journalistes camerounais réclament justice après le décès de l’un des leurs l’an dernier dans les geôles de Yaoundé.

Où est la dépouille de Samuel Ajiekah Abuwe, alias Samuel Wazizi ? Le chef de la division de la communication au ministère de la défense fait savoir qu’elle est à l’hôpital militaire de Yaoundé. C’est à cet endroit que se trouve le corps du membre du Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) et de Camasej depuis le 19 août 2019. Les circonstances de son décès restent encore floues.

”Notre confrère a été incarcéré dans les locaux de la police à Muea avant d’être éxfiltré pour une destination inconnue. Son décès serait survenu à l’hôpital militaire”, écrivaient déjà Denis Nkwebo et Viban Jude, respectivement présidents du Snjc et de Camasej, le 3 juin 2020. Les deux organisations de défense des droits des journalistes affirment que Samuel Wazizi travaillait pour la Chillen Muzik And Television (CMTV) à Buea dans le Sud-Ouest du pays.

Une version contraire est donnée le 5 juin par le chef de la division de la communication au ministère de la défense, Cyrille Serge Atonfack Guemo. Samuel Wazizi ”est accusé d’intelligence avec les terroristes et de complicité d’acte de terrorisme” par le porte-parole des forces armées camerounaises, qui affirme plus loin qu’il est décédé ”de suite de sepsis sévère.”

Si Cyrille Serge Atonfack Guemo rejette l’hypothèse selon laquelle Samuel Wazizi a été victime de torture et de sevices corporels selon les associations de journalistes, Denis Nkwebo pense pour sa part que cette sortie ”est un tissu de mensonges et une ultime provocation.” Le président du Snjc invite ses confrères à ”prendre leur responsabilité.”

Parlant justement de responsabilité, le chef de l’État, Paul Biya est fortement interpellé. Au cours de l’audience qu’il accorde à Christophe Guilhou, ambassadeur de France au Cameroun le 5 juin 2020 au Palais de l’Unité à Yaoundé, le président de la République ”a promis de lancer les enquêtes pour faire toute la lumière sur cette affaire“, rapporte le diplomate français.
Pendant ce temps, dans les rédactions du pays, la fronde continue d’enfler.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter