Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 10Article 519460

General News of Wednesday, 10 June 2020

Source: cameroon-info.net

Assassinat de Wazizi : Denis Nkwebo dénonce l’indifférence de ses confrères


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le syndicaliste regrette que de nombreux journalistes n’aient pas participé aux manifestations organisées par le SNJC pour réclamer la vérité sur l’affaire Wazizi.
Le mardi 9 juin 2020, sous la houlette de Denis Nkwebo, le président du Syndicat National des journalistes du Cameroun, plusieurs professionnels de la plume ont pris d’assaut différentes artères de la ville de Douala et de Yaoundé pour exiger du gouvernement la mise sur pied d’une commission d’enquête indépendante chargée d’élucider les circonstances du décès de Samuel Wazizi.

Au lendemain de ce mouvement de protestation, qui d’après le président du SNJC va s’étendre jusqu’à ce que la vérité sur l’affaire Wazizi soit rétablie, il semblerait que la mobilisation observée sur le terrain n’a pas du tout plu à Denis Nkwébo. Dans un tweet rendu public ce mercredi 10 juin 2020, ce dernier fustige le manque de solidarité de certains de ses confrères.

«Le SNJC affronte les abeilles pendant que d’autres journalistes prennent tranquillement leur miel. Après ils viendront exiger qu’on les défende», a-t-il tweeté.

Rappelons que Samuel Abuwe Ajieka dit Wazizi était officiellement un journaliste en service à la télévision privée Chillen Media Television à Buea, dans le sud-Ouest. Ce dernier a été interpellé par les forces de défense et de sécurité en 2019 pour intelligence présumée avec les miliciens séparatistes impliqués dans la crise anglophone. Mort en détention en août 2019, le gouvernement a, sous la pression de la société civile, consenti à donner plus de détails concernant la mort de ce professionnel de la plume.

A en croire le porte-parole de l’armée, le capitaine de frégate Cyrille Atonfack, Samuel Wazizi n’était pas un journaliste, mais plutôt un agent de liaison à la solde des séparatistes. Et il serait mort non pas de torture, mais d’un sepsis. Une version qui peine à convaincre l’opinion nationale et internationale.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter