Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 06Article 518557

General News of Saturday, 6 June 2020

Source: cameroon-info.net

Assassinat de Samuel Wazizi: en colère, Mimi Mefo assène un coup au régime Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Mimi Mefo Takambou s'est adressé à Facebook pour interroger le président Paul Biya sur l'héritage qu'il a l'intention de laisser après la mort en détention militaire du journaliste Samuel Wazizi.

Vendredi, le président Biya s'est rendu sur Facebook pour annoncer qu'il avait accordé des audiences successives à l'ambassadeur français Christophe Guilhou et à l'ambassadeur sud-coréen sortant Bok-Ryeol Rhyou.

Dans un commentaire sur le post ci-dessus, Mimi Mefo a rappelé au dirigeant de 87 ans que les derniers vestiges de la rigueur et de la moralité qu'il avait promis aux Camerounais se sont tous estompés avec la mort du journaliste Wazizi en garde à vue.

Écoutez Mimi Mefo: «Un journaliste qui a été arrêté par des soldats qui vous sont fidèles est mort en détention. Est-ce le pays que vous souhaitez laisser derrière vous, Monsieur le Président? Parce que vous ne serez certainement pas au pouvoir pour toujours. Où sont la justice et la rigueur que vous avez promises à votre peuple? Pouvez-vous faire quelque chose à ce sujet? Nous voulons la justice pour Wazizi. »

Une déclaration publiée le vendredi 5 juin par le porte-parole militaire, le commandant Cyrille Serge Atonfack Guemo, allègue que Wazizi est décédé d'une grave septicémie le 17 août 2019. La déclaration a nié que Wazizi avait été torturée ou maltraitée et a déclaré que la famille du journaliste était contact avec lui en détention.

Les membres de la famille du journaliste affirment cependant qu'ils n'ont pas pu contacter Wazizi peu de temps après son arrestation le 2 août 2019 et n'ont été informés de sa mort que le 3 juin. La police a arrêté Wazizi le 2 août 2019 et il a été placé en détention militaire le 7 août, après quoi il a été détenu au secret, selon le Comité pour la protection des journalistes, CPJ. Ses avocats, sa famille et ses collègues disent qu'ils ont été laissés dans l'ignorance du sort de Wazizi jusqu'à l'annonce de sa mort.

«Le traitement cruel du gouvernement camerounais envers le journaliste Samuel Wazizi est vraiment choquant. Il est incroyable que les autorités aient dissimulé sa mort en détention pendant 10 mois malgré les demandes répétées des défenseurs de la liberté de la presse et de sa famille, ses collègues, ses amis et ses avocats », a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ.

L'ambassadeur français Christophe Guilhou a déclaré hier à des journalistes à Yaoundé que le président Biya avait promis d'ouvrir une enquête pour faire la lumière sur les circonstances entourant la mort de Wazizi.

Cameroon-Info.Net rappelle que Mme Mefo, directrice des nouvelles anglaises à l'époque de la chaîne privée Equinoxe Television and Radio, avait été arrêtée le 7 novembre 2018, accusée de "publication et diffusion d'informations portant atteinte à l'intégrité territoriale" de la République du Cameroun ".

Elle avait été libérée le 10 novembre et les charges ont été abandonnées deux jours plus tard. Un porte-parole de l'armée a déclaré que le président avait décidé de suspendre les poursuites - par un tribunal militaire - comme "un geste de magnanimité".

Des groupes de campagne médiatique locaux et internationaux avaient demandé sa libération. Avant son arrestation, Mme Mefo s'était plainte d'avoir reçu plusieurs menaces suite à ses informations faisant état de troubles dans les régions anglophones. Elle a quitté le Cameroun au début de l'année dernière et est basée en Allemagne où elle travaille actuellement avec Deutsche Welle.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter