Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 06 07Article 464458

General News of Friday, 7 June 2019

Source: Cameroon Info

Assassinat de Mgr Bala: deux ans après, de nouvelles révélations…

Dans un entretien accordé au quotidien Le Messager, l’écrivain, politologue et homme politique, Vincent Sosthène Fouda parle du décès de l’homme d’église. Voici les temps forts de cet entretien.

Que vous inspire le 31 mai, jour d’anniversaire de la disparition de Mgr Jean Marie Benoît Bala?

Ce triste anniversaire est l’occasion de dire que notre pays a besoin de marquer un temps d’arrêt, condition indispensable pour la construction d’une mémoire collective dont nous avons tant besoin.

La justice a conclu qu’il est mort par noyade. Le clergé penche plutôt à un assassinat. Où vous situez vous dans ces deux versions?

La version du clergé est celle qui est vraie.

Depuis 2017, la justice a promis que l’enquête qui suivrait son cours sur la mort de Mgr Bala sera rendue publique. Mais deux ans après, on ne voit rien…

Nous vivons dans une société de passion et de l’esbroufe dont l’objectif est d’anéantir la mémoire collective (...)

je vous renvoie à la correspondance n°000915 du 12 juillet 2017 signée conjointement par le Directeur de la police judiciaire et le chef du service central des recherches judiciaires au nom d’une structure qui n’existe pas dans l’organigramme gouvernemental de notre pays et dont l’objectif était de remettre la dépouille au diocèse de Bafia pour fin d’inhumation. Il en est de même de la pseudo expertise venue d’Allemagne et d’Interpol (...) j’ai personnellement été en contact avec le Secrétaire Général d’Interpol l’Allemand Jürgen Stock. Je puis affirmer sans sourciller que l’assassinat de Mgr Jean Marie Benoît Bala est un crime d’Etat couvert par l’Etat du Cameroun.

Le clergé s’est insurgé pour dénoncer les assassinats des religieux. Mgr Bala serait alors un mort de trop?

Ce n’est pas Mgr Bala qui est un mort de trop, c’est la suppression de toute vie qui est un trop pour la conscience humaine car la vie est sacrée et nulle n’a le droit ni d’y toucher, ni de la supprimer. Nous devons apprendre à respecter la vie parce que ce n’est pas nous qui la donnons, elle est au-dessus de nous, c’est un don de Dieu.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter