Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 11Article 579085

General News of Thursday, 11 March 2021

Source: Actu Cameroun

Assassinat de Lydienne : le sous-préfet assassin nargue les proches de la victime

Les avocats constitués pour accompagner la famille de cette jeune, estiment que le présumé meurtrier devrait normalement être en détention préventive compte tenu de la gravité des faits.
Pour le moment, il est difficile de dire quand Franck Derlin Eyono Ebanga, l’ancien sous-préfet de la Lokoundjé dans la région du Sud, sera devant le tribunal militaire d’Ebolowa. Question de s’expliquer sur les conditions du décès de son ex petite amie, Lydienne Solange Taba.

Les avocats constitués pour accompagner la famille de cette jeune, étudiante de 23ans, assassinée dans la nuit du 26 au 27 juillet 2020 à Kribi sont préoccupés par les lenteurs qu’ils constatent dans cette procédure judicaire, huit mois après cette disparition brutale. Pourtant le 3 septembre 2020 une plainte du Collectifs d’avocats a été déposée au tribunal militaire d’Ebolowa contre l’ancien sous-préfet considéré comme le présumé meurtrier de cette jeune fille jeune.

Solange Lydienne Taba a reçu un coup de feu pendant qu’elle se trouvait au domicile du sous-préfet avec qui elle entretenait une relation amoureuse. Elle était décédée à l’hôpital de district de Kribi quelques minutes après son évacuation.

Une procédure bloquée
Après l’inhumation qui a eu lieu le 29 aout 2020, à Lobethal par Mouanko dans le département de la Sanaga- maritime, un collectif d’avocats s’était constitué pour accompagner de manière bénévole la famille de la victime. C’est dans cette logique qu’une plainte pour assassinat et violence sur femme enceinte avait été déposée contre le sous-préfet le 3 septembre 2020 devant le tribunal militaire d’Ebolowa.

« C’est depuis le 2 novembre 2020 que nous avons été auditionnés devant le juge d’instruction, chargé de ce dossier. Une tante de la victime a été également entendue ainsi que plusieurs autres témoins qui vivent non loin du lieu où les faits ont eu lieu. », affirme Me Dominque Fousse, la présidente du Collectif d’avocats.

« Depuis novembre jusqu’à ce jour, les avocats n’ont plus été convoqués à Ebolowa dans le cadre de ce dossier. Ce jeudi 11 mars 2021, le Collectif d’avocats compte dépêcher l’un des leurs au tribunal militaire d’Ebolowa pour savoir ce qui bloque l’instruction depuis plusieurs », fait savoir le quotidien Le Jour en kiosque ce jeudi 11 mars 2021.

Un préfet introuvable

« Autre chose que les avocats dénoncent dans cette procédure judicaire, c’est le fait pour eux, de ne pas savoir exactement où se trouve le sous-préfet. Compte tenu de la gravité des faits, les avocats estiment que le présumé meurtrier devrait normalement être en détention préventive.», lit-on.

« Nous ne sommes incapables de dire où se trouve le sous-préfet. Nous constatons une volonté des autorités judicaires de maintenir un flou à ce niveau mais la réalité est que le présumé meurtrier n’est pas en prison », affirme Me Dominique Fousse.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter