Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 05Article 532468

Crime & Punishment of Wednesday, 5 August 2020

Source: camerounlink.com

Assassinat de Lydienne Taba: scène de crime masquée à Kribi

La presse a été refoulée le 30 juillet dernier lors de la reconstitution des faits dans le cadre de l’enquête autour du décès de Lydienne Solange Taba.
Par Lazare Kingue

Le public de la ville de Kribi ne saura finalement pas de si tôt ce qui s’est réellement passé dans la résidence du sous-préfet de Lokoundje le samedi 25 juillet dernier, jour où la jeune étudiante Lydienne Solange Taba a tragiquement perdu la vie par balle. Tuée par son compagnon, le sous-préfet de Lokoundje. Les espoirs qui étaient fondés sur la reconstitution des faits se sont tout d’un coup dissipés. Pour cause, celle-ci s’est déroulée jeudi dernier dans un cadre fermé, réservé uniquement aux responsables de la gendarmerie et à quelques autorités administratives de la ville.
En effet, ni les membres de la famille de la défunte, ni la presse, n’ont eu accès à cette séance de reconstitution. Fait très curieux car habituellement, la scène de reconstitution des faits est ouverte à la presse.

Le 30 juillet dernier, la résidence du « chef de terre » Franck Derlin Eyono Ebanga a été quadrillée. Les gendarmes ont été déployés autour de la concession afin d’empêcher aux journalistes et à d’autres curieux de se mouvoir. «Les journalistes doivent faire leur travail. Mais celui-ci a des limites. Je vous instruis de partir d’ici. Si vous insistez, vous répondrez de cela. Je vous aurais prévenus», a menacé le responsable en charge de l’enquête, un lieutenant-colonel dépêché depuis Ebolowa. Conséquence, nul ne sait jusqu’ici si cette reconstitution est en cohérence avec les premières pistes d’enquête qui font état de ce qu’il s’agit d’un accident.

Néanmoins, même si la foule a été tenue à l’écart, l’on sait que la scène de crime a été souillée. En effet, après le tragique incident du 25 juillet, le domicile du sous-préfet, lieu du drame, a été nettoyé. Celui-ci continue d’ailleurs à être habité par la famille du suspect.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter