Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 09Article 578347

Actualités of Tuesday, 9 March 2021

Source: www.camerounweb.com

Assassinat de Ayafor Florence: deux innocents incarcérés

Ayafor Florence Ayafor Florence

Il s'agit de Niba Innocent Akuma et Ngang Edmund

'assassinat de la gardienne de prison Florence Ayafor le 29 septembre 2019 et mis dos au mur par un communiqué du gouvernement américain daté du 10 octobre 2019 et à travers lequel Washington 'invitait le Cameroun à interpeller les assassins et à les traduire en justice, le pouvoir Biya a mis à contribution la Division de la Sécurité Militaire (SEMIL) pour (1) exécuter les jeunes gens qui ont décapité la gardienne de prison. Ce qui fut fait le 29 avril 2020 à l'antenne SEMIL du Littoral à Douala car les traduire en justice c'était les amener à dévoiler l'identité des commanditaires(2) Organiser un simulacre de procès des prétendus assassins de Florence Ayafor dans le but de donner l'impression que le gouvernement a le souci de faire rendre justice à la famille d'Ayafor et qu'il n'est en rien complice des assassins. Cette autre tâche a été confié à la même SEMIL.

Le 22 juin 2020, 3 agents SEMIL se rendent à la boutique de Niba Innocent Akuma au quartier Bonaberi à Douala. Une fois à l'intérieur, le tenancier qui était dans son lieu de commerce avec sa copine enceinte a cru avoir affaire à des clients. Jusqu'à ce que ces visiteurs lui demandent de présenter sa carte d'identité. Quand Innocent Akuma leur pose la question de savoir à quel titre est-ce qu'il lui intimé cet ordre, l'un d'eux lui brandit sa carte professionnelle et se présente comme un commandant de la SEMIL. Les deux autres feront pareil.

Innocent Akuma est menotté et conduit, tout comme sa copine enceinte, à l'antenne SEMIL du Littoral à Douala. Une fois sur les lieux, les agents SEMIL font signe à la jeune fille de retourner à sa boutique, puis ils présentent à Innocent Akuma la vidéo de l'assassinat de Florence Ayafor. Le jeune homme leur fait savoir qu'il n'apparaît pas dans la vidéo. Les agents SEMIL lui disent que s'il est vrai qu'il n'est pas présent sur la scène du crime, il ne peut pas ignorer les personnes visibles dans la vidéo. Quand Innocent répond qu'il n'a jamais mis pied à Pinying et qu'il ne reconnait personne parmi les criminels visibles dans la vidéo, les agents SEMIL vont le jeter en cellule puis le torturer.

Le lendemain, 23 juin 2020, Niba Innocent Akuma sera transféré à Yaoundé, à la Division de la Sécurité Militaire logé au ministère de la Défense. Sur instructions de son chef, le colonel Bamkoui Émile Joël, le jeune homme est jeté en cellule. Il y sera rejoint le 28 juin 2020 par Edmund Ngang, confondu à Ngu Roger parce qu'au moment de son arrestation à Douala par les mêmes agents SEMIL, Edmund détenait la carte d'identité de son cousin Ngu Roger qu'il accompagnait dans une agence de voyage pour son retour au village.

Le 10 juillet 2020, les deux jeunes gens sont présentés à la presse nationale et internationale comme deux des assassins de Florence Ayafor. Ce qui est faux. Malgré tout, les infortunés seront transférés au secrétariat d'État à défense (SED) où ils seront jetés en cellule. Au SED, un enquêteur signifie aux jeunes gens qu'ils n'ont rien à voir avec l'assassinat d'Ayafor mais cherche à savoir s'ils sont membres des groupes armés indépendantistes anglophones. La réponse d'Innocent et Edmund sera négative. Après près d'une dizaine de tour au parquet du tribunal militaire de Yaoundé, ils seront inculpés de "terrorisme", "sécession" et "assassinat" et placés en détention provisoire à la prison centrale de Yaoundé. Leur procès s’est ouvert le 17 décembre dernier.

Voilà de pauvres innocents que le pouvoir criminel et villageois de Yaoundé sacrifie à la raison d'Etat juste pour faire croire à l'opinion internationale (notamment les États-Unis) que les auteurs de l'assassinat de Florence Ayafor sont en train de payer pour leur crime et que la famille de la gardienne de prison obtiendra justice. Honte surtout à certains médias camerounais qui, sans le moindre recul, de bonne ou de mauvaise foi, accorde leurs tribunes à cette parodie de procès et ainsi la légitime.

Rejoignez notre newsletter!