Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 12Article 534250

General News of Wednesday, 12 August 2020

Source: koaci.com/mimimefo

Assassinat barbare des femmes : la mode au Cameroun

La vidéo d’une jeune dame atrocement décapitée par des hommes armés provoque l’émoi sur les réseaux sociaux camerounais depuis plusieurs heures.

Les hommes qui apparaissent dans la vidéo, sont présentés comme des combattants séparatistes anglophones qui disent se battre pour l’indépendance des deux régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Dans cette vidéo d’environ 30 secondes, on peut voir, des hommes relativement jeunes traîner sur le sol une jeune dame. L’écarteler. Puis la décapiter à coups de machettes.

« Tenez-la bien. Tenez sa jambe », lance l’un des bourreaux.

Les bourreaux vont ensuite asséner des violents coups de machettes à la jeune dame dont les mains sont attachées sur le dos. La victime, baignant dans son sang, est abandonnée sur la route. Les séparatistes lui reprocheraient d’avoir collaboré avec l’armée.

La scène, apprend-on, se déroule à Muyuka, dans le département du Fako, région du Sud-ouest secouée par la crise anglophone depuis fin octobre 2016.


Atrocités

Il y a un peu plus d’une semaine, le 03 août 2020, une jeune dame était décapitée dans les circonstances similaires par les individus présentés comme des séparatistes.

Plus tard, un homme était lui aussi violemment assassiné. Les séparatistes leur reprocheraient à tous, de collaborer avec l’armée.

Ce mode opératoire rappelle la mort atroce de Florence Ayafor, une jeune gardienne de prison de 43 ans et mère de 3 enfants.

Le 30 septembre 2019, elle avait été sauvagement décapitée par des hommes armés qui ont déposé sa tête sur la voie publique.

Condamnation générale

Le meurtre brutal d'une mère de quatre enfants de 35 ans à Muyuka, dans le sud-ouest du Cameroun, a suscité beaucoup d'indignation.

Étiqueté une jambe noire, sa gorge a été coupée et son corps a traversé la route alors que le sang coulait de son corps.

Depuis que la vidéo a été diffusée en ligne, beaucoup ont condamné l'acte perpétré par des combattants séparatistes présumés.

L'avocat Akere Muna dit que c'était barbare et inacceptable. «Je n'ai pas pu terminer de regarder une vidéo des plus horribles. Un incident qui aurait eu lieu à Muyuka, région du sud-ouest du Cameroun. Les mains liées derrière le dos, une dame est tuée à coups de machette. Quelle que soit la cause, c'est des plus barbares et des plus inhumains. Inacceptable!" Il a écrit.

Illara Allegrozzi de Human Rights Watch partage un point de vue similaire.

«Cameroun: une vidéo horrible de vérification diffusée hier sur les réseaux sociaux montrant une femme à Muyuka, dans le sud-ouest, torturée par des séparatistes présumés qui lui ont tranché la gorge l'accusant d'avoir informé les militaires. Une violence indicible. Des sources affirment qu'hier, les séparatistes ont également décapité un homme à Ndop, dans le nord-ouest », a déclaré le chercheur principal.

Cabral Libii a également rejoint le mouvement de condamnation.



Les principaux dirigeants séparatistes sont cependant restés muets sur l'incident, un tiers de ce genre se produisant ces dernières semaines.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter