Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 16Article 608476

Actualités of Friday, 16 July 2021

Source: Le Quotidien N° 637

Arrondissement de Nanga Eboko : les retombées de la route nationale n°1

Vue d'une ville sur la nationale num 1 Vue d'une ville sur la nationale num 1

Situé sur la route nationale numéro 1, l’arrondissement de Nanga-Eboko est à 165 Km de la Capitale politique du Cameroun Yaoundé. Cette unité administrative qui est créée par arrêté du 27 juin 1921 connait des avancées significatives en termes de développement du fait de la route nationale n°1.

L’arrondissement en plein essor est le chef-lieu du département de la Haute Sanaga et attire de plus en plus des personnes étrangères en raison de son caractère propice aux activités économiques. L’arrondissement ou l’intégration et le vivre ensemble sont effectives devient un carrefour de la région du Centre et de l’Est « L’arrondissement est entrain de connaitre une mutation », un propos recueilli du chef de l’unité Administrative de l’arrondissement de Nanga Eboko.

Les infrastructures

La traversée de l’arrondissement par la route nationale n°1 est atout favorable qui accélère le développement de la ville de Nanga-Eboko. Une route qui par la volonté du Chef de l’Etat son Excellence Paul Biya et du gouvernement pourrait rejoindre l’axe BertouaBelabo. Les effets positifs sont perceptibles au niveau économique aussi il devient un carrefour des mouvements des populations. Un arrondissement qui s’annonce être une forte zone d’échange puisque se situant dans la ville de Nanga-Eboko est donc un raccourci pour les Chefs-lieux des régions de l’Est et du Centre. Pourtant, il y a quelques années, l’arrondissement de Nanga-Eboko en particulier et la haute-Sanaga en général était le spectacle de l’inexistence des routes. La présence de la route et ses effets positifs confirme à suffisance l’adage qui dit : « là où la route passe, le développement suit ».

La pression foncière

La pression foncière dans l’arrondissement de Nanga-Eboko va de manière galopante. La région n’ayant presque pas des terres viennent les solliciter dans l’arrondissement de Nanga-Eboko. La crise socio-politique des régions Nord-Ouest et du Sud-Ouest fait fuir les populations issues de ces deux régions et qui se dirigent dans l’arrondissement question de voir des zones cultivables pour en exploiter. Les populations autochtones intègrent et se préparent à une telle mutation des mentalités qui se croisent.

Les activités économiques

L’arrivée de la route entrainera forcément le développement des nouvelles mentalités. A ce sujet les dispositions sont prises de concert avec les chefs traditionnels, les ministres de culte, tout acteur en vue de mettre en place une stratégie de sensibilisation de la moralité. Dans le domaine agricole, il y a de relever le développement des cultures peut exploitées autrefois. C’est le cas des pastèques, de la tomate, des ananas et plus d’autres encore. Ce qui améliore le niveau de vie des populations. D’après le Sous-Préfet de NangaEboko, « il serait très important d’aider la population de Nanga-Eboko pour qu’elle-même puisse développer ces activités » a indiqué l’administrateur principal de travail. Le développement des secteurs comme l’hôtellerie, le petit commerce, l’agriculture des produits tels que la banane, le Plantain sont aussi un catalyseur de développement puisque les populations partent du Gabon pour acheter.

Sur le plan administratif, Nanga-Eboko du fait l’arrondissement Chef-lieu du département de la Haute Sanaga, plusieurs administrations sont présentes dans la circonscription administrative Nanga-Eboko. C’est le cas de la Préfecture, des délégations départementales, des ministères, du palais de justice et bien d’autres institutions. Les populations de l’arrondissement de Nanga-Eboko saluent les actions du gouvernement dans la réalisation des projets de développement de leur unité administrative. C’est également le cas pour la traversée de la Sanaga qui est facilitée par quatre bacs donc un qui fonctionne normalement, deux en chantier et un quatrième qui attend les travaux. En plus des efforts du gouvernement, les populations attendent l’aménagement des voies secondaires en arrière-pays question de favoriser l’évacuation des denrées alimentaires. De même elles souhaitent le ralliement de la route nationale n°1 à Bouam dans la région de l’Est, reste une préoccupation majeure pour la population.

Rejoignez notre newsletter!