Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 14Article 548695

General News of Wednesday, 14 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Arrestation du père Ludovic Lado: Quand Sismondi Bidjocka snobe le sujet dans son édito

Ce matin, plusieurs auditeurs auraient certainement aimé écouter le point de vue de Sismondi Bidjocka sur l'affaire qui secoue la toile depuis mardi soir. C'était le sujet parfait pour un éditoriale, mais le journaliste a simplement choisi de ne pas en parler. Après tout il est libre du choix de ses sujets.


Voici l'édito de ce jour de Sismondi Bidjocka


Madame Messieurs chers auditeurs, Bonjour
C'est une chose d'évoquer un phénomène et s'en est une toute autre d'en parler avec des éléments concrets.
Depuis un moment déjà c'est passé dans l'opinion, si notre président utilisait le pilote automatique, cette fois, j'ai bien peur que le commandant de bord ai définitivement passé la commande.
Quelque soit le bout et le niveau par lequel vous prenez la chose, en prémices Mineur ou en prémices Majeur, aucune tentative ne résiste à la logique du raisonnement cartésien, les armes de la séduction et de l'intimidation marquant leur limite. C'est le crépuscule; un crépuscule assez triste;
On savait déjà que ses Ministres, directeurs généraux, PCA , préfets, gouverneurs et autres petits fonctionnaires ne le respectaient plus, en voici l'illustration la plus parlante dans les faits.
Octobre 2020, région de l'ouest, arrondissement de Bamougoum!
Le sous-préfet de BAMOUGOUM insulte copieusement toutes les populations d'une localité.
Lors d'une rencontre récemment ténue à kongso, une localité de l'arrondissement de Bafoussam III(BAMOUGOUM) le sous-préfet de séant a littéralement couvert les populations Venues l'accueillir, des propos désobligeants exposants ainsi aux yeux du monde la nature sauvage de l'administration Camerounaise et donnant par ricochet raison à ceux qui estiment que l'ENAM doit être au moins réformée.
Morceaux choisis
-"vous savez j'ai le pouvoir".
-"je ne demande pas votre avis".
-"je peux décider de ce que je veux"
-"Paul Biya est à Yaoundé je suis ici à Kongso"
-"voilà c'est le quartier le plus riche. Je suis même arrivé ici, est-ce que vous m'avez même accueillie avec une Chanson ?
-"lorsque je suis venu en tournée à kongso j'avais vu quoi ?"????????(le Gars croyait qu'il devait rentrer de là avec les chèvres les coqs, les GROS PORCS, des régimes de plantain, les sacs de Macabo Etc).
-"vous bavardez bep bep bep bep bep là ce n'est que le bavardage là qu'on sait de vous".
-"Vous représentez quoi même à BAMOUNGOUM"??
Et pour que vous ne battiez pas mon argument en brèche avec l'idée selon laquelle c'est un cas isolé, je voulais vite préciser que ça se vit presque tout le temps au point où c'est devenu banal d'écouter des administratifs envoyer ballader le chef de l'état, celui là même qui les nomme.
rappelez-vous du sous-préfet de Kékem monsieur Bikié Befolo Alain Serges. On dirait des frères siamois: Le même zèle,le même orgueil, le même mépris, la même arrogance, la même condescendance.
Il y a urgence, Nous devons urgemment désacraliser ces roitelets. Ces roitelets sont les petits monstres fabriqués par le système, à qui ont a inculqué le mépris, l'arrogance, la condescendance vis à vis du petit peuple obéissant. après avoir neutralisé le peuple, ils veulent dévorer leur propre géniteur.
et vous savez quoi ? il s'adresse aux populations, les mains dans les deux poches, plus méprisant et plus arrogant tu meurs.
Et ce qui attriste le plus c'est de voir l'attitude obséquieuse et obéissante de ces populations qui répondent en cœur "Oui mon papa"
Aucune indignation. Aucune révolte pour faire valoir sa dignité.
Ben vous savez quoi, inutile de se poser des questions, le crépuscule est déjà bien avancé, le doute, l'inquiétude et l'angoisse heurte les atomes de l'incertitude.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter