Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 04Article 560189

General News of Friday, 4 December 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Arrestation de Kumba: les sécessionnistes démasquent le régime Biya

Le gouvernement intérimaire d'Ambazonia a rejeté mercredi comme faux, les informations rendues publiques par le régime francophone de Biya affirmant que l'appareil sécuritaire français du Cameroun avait arrêté le général d'Ambazonia derrière le massacre de Kumba.

Le régime de Biya a annoncé cette semaine que le suspect, Ngwa Neba alias commandant Zabbra, 24 ans, avait été arrêté mardi lors d'un incident alors qu'il tentait de voler un homme âgé. Yaoundé a également révélé que le succès de l'opération avait porté ses fruits après que la police locale a poursuivi sa recherche du suspect de Kumba depuis que l'incident s'est produit le 24 octobre.

La déclaration du régime de Biya approuvée par l'officier de division principal du comté de Meme a également noté qu'après un interrogatoire approfondi par la police, Neba Ngwa a avoué être un combattant séparatiste, ajoutant qu'il appartenait à un gang de combattants d'Ambazonia basé derrière le lycée bilingue gouvernemental de Kossala, Kumba. .

S'adressant exclusivement à Cameroon Concord News plus tôt dans la journée, le vice-président Dabney Yerima a déclaré que Biya et ses gangs criminels du Cameroun français étaient à l'origine du massacre d'enfants innocents du sud du Cameroun à Kumba.

Yerima a observé que des fonctionnaires haut placés du régime français du Cameroun bénéficiant de la guerre avaient ordonné et téléguidé les tueries à Kumba. Le commandant en second du Southern Cameroons a ajouté que Yaoundé tentait d'éviter un discours sur la crise lors de la réunion en cours du Conseil de sécurité de l'ONU à New York.



« Le régime français du Cameroun a annoncé plus tôt au monde qu'il avait arrêté 122 personnes liées au massacre de Kumba et maintenant ils déplacent le poteau de but en affirmant avoir arrêté un combattant d'Ambazonia toujours sur le même problème !! Celles-ci sont destinées à entacher l'image du peuple du sud du Cameroun, saper la légitimité du gouvernement intérimaire d'Ambazonia et rendre notre peuple souffrant plus impuissant », a poursuivi Dabney Yerima.

" Le gouvernement intérimaire d'Ambazonia voudrait démystifier et rejeter ce stratagème diabolique du Cameroun français avec le mépris qu'il mérite", a déclaré le vice-président Yerima

La pression monte sur le dictateur francophone Biya qui souffrirait d'un cancer présumé. Des soldats fidèles au régime de Yaoundé ont pris le contrôle des routes principales du sud du Cameroun en harcelant des hommes et des femmes d'affaires et en extorquant de l'argent à la population locale.

La pression internationale monte également contre Biya car des détenus du sud du Cameroun auraient été agressés sexuellement à la fois à la prison de New Bell à Douala et à la prison de haute sécurité de Kondengui à Yaoundé.

Le régime Biya avec le soutien des Français a bloqué tous les experts des droits de l'homme de l'ONU qui ont demandé ou exprimé le besoin de se rendre dans le pays et d'évaluer la situation dans le sud du Cameroun.

Le gouvernement a également accusé la diaspora du sud du Cameroun, les organisations de la société civile et les médias en ligne alignés sur l'opposition de promouvoir l'activisme politique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter