Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 22Article 522298

General News of Monday, 22 June 2020

Source: actucameroun.com

Arrestation d'Ernest Obama: Amougou Belinga parle enfin!


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le patron de Vision 4 réagit aux critiques de certains, par rapport à l’arrestation du journaliste. Quand la victime devient le bourreau. Et curieusement !
Pour la première fois depuis le début des tumultes, le Pdg du groupe l’Anecdote a décidé de rompre le silence. Il s’est exprimé sur le conflit l’opposant à celui qu’il a fabriqué de toutes pièces et considérait comme son fils. Son intervention, sur les réseaux sociaux, éclaire d’un jour nouveau sur un conflit dont beaucoup d’intervenants, forcément bien inspirés et qui «ont la science infuse», semblent pourtant ne pas savoir grand-chose.

Rappelant, aux divers défenseurs de M. Obama, que «le prix de la trahison ne se marchande pas», l’homme d’affaires constate que la plupart d’entre eux ne le connaissent guère. «S’il y a un collaborateur qui a bénéficié de tout (privilèges, protection, relations, etc.), c’est bien Ernest Obama. Mais aujourd’hui, c’est Amougou Belinga le méchant.» Comme Lucifer, qui était considéré comme le fils de ce Dieu qu’il a fini par trahir, le patron offusqué prévient que celui qu’il a recueilli, en 2011, paiera le prix de sa forfaiture afin que cela serve de leçon à ces frères qui n’ont ni le sens de l’amour du prochain, ni même du bien.

'Est-ce parce que tu connais l’appellation d’une écorce qu’elle ne peut plus te soigner ?', s’interroge le Pdg de L’Anecdote, paraphrasant un proverbe bed, une tribu dont beaucoup, sans maîtriser le fond du problème, l’accusent aujourd’hui de vouloir châtier un collaborateur qui, selon des sources proches du dossier, a commis des forfaits allant bien au-delà de la déloyauté. Et de se demander pourquoi certains veulent le mettre sur la balance avec un gamin qu’il a accueilli comme sa propre progéniture, 'et qui du jour au lendemain s’est mis à conspirer contre son bienfaiteur.

On n’insulte pas quelqu’un qui a appris à respecter ses aînés, parfois des gens à qui il ne doit rien, plaide l’homme d’affaires. Un homme qui ouvre son université où ses frères payent 50%. Qui a érigé une institution bancaire qui, en un an, a accordé des crédits à tout son personnel (600 personnes) et aux autres Camerounais, pour un total de 15 milliards de francs. Qui offre 100 millions de francs aux démunis, des fonds gérés par un haut magistrat, un procureur général originaire de la région du Sud.

Qui, «fier de rendre service», octroie 60 millions de francs à l’archevêque de Douala, Samuel Kleda, pour soigner ses compatriotes atteints du coronavirus. Malgré sa santé chancelante, Jean Pierre Amougou Belinga révèle avoir reçu une délégation de médiateurs beti «dignes;?, avec laquelle il s’est séparé dans un climat d’«optimisme».

Le nouveau repreneur de la chaîne panafricaine Telesud, rachetée à hauteur de 6 milliards francs avec l’appui des présidents Paul Biya et Obiang Nguema Mbasogo, prévient : «Désormais, c’est la règle du capitalisme sauvage qui sera ma boussole.» Et de dire qu’il sera plus que jamais imperturbable, dans la défense du patrimoine qu’il a bâti à la sueur de son front.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter