Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 29Article 564545

Politique of Tuesday, 29 December 2020

Source: Actu Cameroun

Arrestation d’Arthur Assam (PCRN): le MRC menace !

Le parti d’opposition se demande si être du Sud et militer pour un autre parti que le RDPC serait devenu un crime.

Arthur Assam, le responsable régional du Parti camerounais pour la Réconciliation nationale (PCRN) dans la région du Sud, a été arrêté. Il présidait une réunion le dimanche 27 décembre 2020 à son domicile à Sangmelima au moment de son arrestation.

Le cadre du PCRN était en compagnie de ses camarades lorsqu’à la demande du sous-préfet il a été arrêté pour «réunion non déclarée».

Sur le réseau social Facebook, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) s’offusque de cette arrestation : «Être du Sud et militer pour un autre parti que le RDPC serait-il devenu un crime?», se demande le MRC à travers Joseph Emmanuel Ateba, l’un de ses porte-paroles.

« Il semblerait que ce garçon sur la photo responsable du PCRN dans le sud aurait été interpellé et mis en cellule par le sous-préfet d’Ebolowa par ce qu’il aurait tenu une réunion avec ses camarades de parti dans son domicile. Je voudrais rappeler ici que seuls les militants du MRC interpellés au Sud dans le cadre des manifestations du 22 septembre ont été déportés à Yaoundé et écopé de 2 ans de prisons fermes. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les populations du sud sont plus otages de ce régime que toutes les autres et ont besoin de notre aide pour se libérer. », indique le parti que dirige Maurice Kamto (photo).

Le PCRN hausse la voix

Bien avant le MRC, le PCRN à travers Anne Feconde Noah, son porte-parole, a réclamé la relaxe d’Arthur Assam. Selon le parti que dirige le député Cabral Libii, ce n’est pas au sous-préfet de constater l’infraction de la tenue d’une réunion non déclarée : « Ça relève de la compétence du procureur. Les réunions tenues dans un domicile privé ne sont pas interdites. La loi ne sanctionne pas l’absence de déclaration de la réunion, mais plutôt le fait de passer outre l’interdiction de manifester qui a été prise par le sous-préfet.», indique Anne Feconde Noah.