Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 14Article 548683

General News of Wednesday, 14 October 2020

Source: Actu Cameroun

Argent et jeu de pouvoir: des révélations sur les vraie raisons de la brouille entre Ngoh Ngoh et Manaouda Malachie

Au nom du président de la République Paul Biya, le Minetat Sgpr a donné l’onction de gabegie et de gaspillage au ministre de la Santé publique par le biais d’une autorisation à passer des marchés spéciaux qui échappent à tout contrôle, en violation du code des procédures de passation des marchés publics.

Dans sa correspondance du 7 octobre 2020 au ministre de la santé publique, le Ministre d’État, secrétaire général fait état de ce qu’il a été porté à sa connaissance que « depuis une semaine l’entreprise Inter-progress, chargée du démantèlement du dispositif installé dans certaines infrastructures sportives, multiplie les artifices pour ne pas opérer les travaux », relève-t-il. Des informations recueillies à bonnes sources affirment que la vérité est toute autre. Il y a anguille sous roche. On dirait que le Minetat/Sgpr n’est pas au fait de la réalité. Le Minsante n’a pas encore sollicité Inter-progress.

Il se raconte que nonobstant le renfort de publicité suspecte fait par le Minsanté, Inter-Progress n’a pas loué les équipements. Mais en a fait de la mise à disposition, d’autant qu’il s’agissait d’une cause humanitaire. Le contrat en cour stipule que le Minsante doit seulement payer les frais transports (aller-retour), les frais d’installation et de désinstallation. Rendu à ce jour, Interprogress attend les frais de désinstallation et de transport retour.

Au niveau du département ministériel de Manaouda Malachie, on laisse entendre que l’argent est fini. L’on apprend par ailleurs que le Minsanté aurait fait une demande d’argent auprès du ministre des finances publiques. Comment comprendre qu’avec toutes les entrées des faramineuses sommes d’argent reçues au ministère de la santé publique, il vient à manquer une modeste somme d’argent d’environ trente millions pour démanteler le dispositif dans les infrastructures sportives ? Doit-on penser que les deux protagonistes s’entendent et veulent se couvrir comme deux larrons en foire? Le Minsanté peut-il se plaindre de n’avoir pas bien encadré les clauses contractuelles de ces marchés? Quand arrivera la Caf annoncée pour s’approprier les stades, s’il y a un clash qui répondra?

Abus et violation

Au nom du président de la République Paul Biya, le Minetat Sgpr a donné l’onction de gabegie et de gaspillage au ministre de la Santé publique par le biais d’une autorisation à passer des marchés spéciaux qui échappent à tout contrôle, en violation du code des procédures de passation des marchés publics. En date du 07 avril 2020, le Minetat Sgpr qui concède aux doléances du Minsanté, lui fait « connaître que dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de riposte national contre le Covid-19, le président de la République vous autorise à passer des marchés spéciaux, en vue de l’acquisition des équipements, des consommables et de la réalisation des prestations » écrit Ferdinand Ngoh Ngoh.

Bien plus ajoute le Minetat Sgpr, le président de la République « marque son haut accord pour l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (Tva) et des droits de douane sur tous les équipements et consommables acquis », conclut Ferdinand Ngoh Ngoh.

Cette lettre du Minetat-sgpr avait alors abrogé les disposions et les missions statutaires dévolues à la Cename. La camisole de sécurité, en guise d’assurance tout risque avait ouvert un boulevard de dépenses des fonds débloqués pour la lutte contre la pandémie du Covid-19 au Cameroun. Au-delà de l’affairisme et du gaspillage, il y avait là une constellation de subterfuges de contournement sinon une violation flagrante de l’Arrêté n° 169/cab/pm du 12 novembre 2010 portant création, organisation et fonctionnement de la commission des marches spéciaux des médicaments et des dispositifs médicaux essentiels auprès de la centrale nationale d’approvisionnement en médicaments et consommables médicaux essentiels (Cename).

Après avoir bénéficié à la fois d’un acte d’antijeu et un tacle irrégulier sur les missions dévolues à la Cename, il serait difficile pour le Minetat/Sgpr et le Minsanté d’expliquer que les caisses sont vides et qu’il est difficile de désinstaller le dispositif dans les infrastructures sportives.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter