Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 08Article 612529

Actualités of Sunday, 8 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Apologie du terrorisme : vers l’arrestation de Dieudonné Essomba

Il est accusé d’apologie au tribalisme Il est accusé d’apologie au tribalisme

• Le compte Facebook de Dieudonné Essomba a été suspendu

• Il est accusé d’apologie du terrorisme

• Les faits semblent lui donner raison


Les analyses de l’économiste Dieudonné Essomba sur la gestion de la crise anglophone dérange le régime de Yaoundé. Opposé à l’option militaire, il a toujours démontré les insuffisances de cette méthode qui, selon lui, participe à l’enlisement de la crise.

Des voix s’élèvent depuis quelques semaines pour que l’homme soit arrêté pour apologie au terrorisme. Son compte Facebook a été dénoncé et suspendu pendant un mois.

« Ma suspension est consécutive à un propos désobligeant que j’avais tenu à un certain individu qui réclamait mon arrestation, pour avoir expliqué que le vrai patriotisme n’est pas de lancer son armée dans des opérations aventureuses comme la guerre anglophone, mais d’anticiper qu’il n’y a aucune solution militaire à cette crise et que le recours à la force, au motif « que ce sont des terroristes et qu’on ne combat pas l’Etat » relève de la pure folie », explique-t-il.

Loin de baisser les bras, Dieudonné Essomba, farouchement opposé aux méthodes va-t-en-guerre du régime Yaoundé, fait comprendre dans une récente analyse que les faits lui donnent raison. La guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun échappe au régime Biya.

« La situation s’est déjà totalement enlisée et les fameuses promesses d’une victoire rapide à coups de déclarations enflammées se sont brutalement évanouies. Les populations meurent, les forces de défense et de sécurité meurent, les rebelles meurent, sans qu’on puisse voir la moindre perspective de pacification ! », écrit-il.

Comme par hasard, Dieudonné Essomba serait banni de l'émission Club d'Elites sur Vision4, une chaîne de télé proche du régime.

CamerouWeb vous propose l’intégralité de la réaction de Dieudonné Essomba


J’ai été suspendu de Facebook pendant un période d’un mois, allant du 07 Juillet au 07 Août et pendant cette période, je n’ai rien publié.
Ma suspension est consécutive à un propos désobligeant que j’avais tenu à un certain individu qui réclamait mon arrestation, pour avoir expliqué que le vrai patriotisme n’est pas de lancer son armée dans des opérations aventureuses comme la guerre anglophone, mais d’anticiper qu’il n’y a aucune solution militaire à cette crise et que le recours à la force, au motif « que ce sont des terroristes et qu’on ne combat pas l’Etat » relève de la pure folie.

Les prises d’écran qui m’ont été imputées de part et d’autre au cours de cette période sont donc fausses et d’autant plus fausses que le plus souvent, aussi bien sur le plan de la forme que du fonds, elles ne correspondent absolument ni à ma personnalité, ni à ma pensée.

J’assume mes choix, que ce soit sur le plan intellectuel ou physique. Je ne les fais pas au hasard, mais après 1000 réflexions et analyses et quand je les ai faits, je ne change jamais d’opinion. Du reste, je fais le poids dans tout débat, et celui qui m’attaque, même traitreusement, rentre chez lui avec une infirmité !

Dans mon repos forcé, j’ai longtemps médité sur cette pensée de sage : « n’écoute jamais celui qui te conseille d’acheter un âne au gros ventre, car il ne viendra pas t’aider à le nourrir ».

Cette pensée, s’adresse particulièrement au Gouvernement qui s’est mis à écouter les va-t-en-guerre, au moment même où des gens avisés comme moi prônaient la prudence, le recours à la politique et surtout, la seule solution envisageable dans la crise anglophone : le retour pur et simple à l’Etat Fédéral.

Notre posture a donné lieu à une clameur publique, où les gens ont glosé sur l’Etat westphalien muni d’un force invincible qui ne négocie jamais, sur « l’Etat unitaire du Cameroun » qui est une évolution du monde totalement irréversible, sur mon « fédéralisme tribal », sur ma Bamiphobie, sur tout et sur n’importe quoi.

Il était alors de bon ton de monter sur ses grands chevaux et à coups de théories abracadabrantes, de nous traiter de traitres à la patrie, d’appeler à notre arrestation pour apologie du terrorisme, et autres conneries de la même espèce.

Maintenant, nous sommes où ?

La situation s’est déjà totalement enlisée et les fameuses promesses d’une victoire rapide à coups de déclarations enflammées se sont brutalement évanouies. Les populations meurent, les forces de défense et de sécurité meurent, les rebelles meurent, sans qu’on puisse voir la moindre perspective de pacification !
Maintenant que la situation s’est dégradée, tous ces conseillers patriotes sont où ? Où sont les déclarations enflammées ? C’est maintenant que ces conseillers devraient être utiles ! C’est maintenant que le Gouvernement, qui n’arrive plus à nourrir l’âne au gros ventre, a besoin de leurs conseils !



On ne comprendra jamais la folie qui a saisi le Gouvernement pour écouter les conseils de violence d’une bande d’imposteurs promenant leurs diplômes comme des antilopes portent des cornes, là où il fallait absolument une solution politique rapide. Comment un pays qui a des historiens, des anthropologues, des sociologues, des politologues et des Economistes n’a pas su comprendre à temps que la première chose à éviter absolument dans la crise anglophone, c’était de donner l’image d’une colonisation et d’une absorption interne du Cameroun anglophone par le Cameroun francophone?

Les gens étaient tellement engoncés dans leurs certitudes idéologiques et dans la puissance de la violence qu’ils n’étaient plus capables de voir les plus grossières évidences. Quand je disais que le Cameroun unitaire n’a pas les moyens de mettre fin à la crise anglophone par les moyens militaires, c’était tout simplement une autre manière de dire que le Cameroun francophone n’a pas la possibilité de maintenir une présence de nature coloniale dans le Cameroun anglophone ! Notre pays n’a pas les moyens politiques, économiques, financiers, diplomatiques et stratégiques d’un tel projet !

La situation dans le NOSO n’est donc pas un hasard ! Pour n‘importe quelle analyste lucide, la situation que nous vivons était prévisible et d’ailleurs, je l’ai prévue et annoncée solennellement.

En dépit des menaces, j’avais affirmé clairement, au moment où les Amba Boys n’avaient que des machettes et des lances, qu’en dépit du rapport de force, le Gouvernement du Cameroun sera battu !

Je ne faisais aucune magie, mais une simple analyse scientifique qu’aurait dû faire n’importe quel politologue, n’importe quel anthropologue, n’importe quel sociologue utilisant réellement les instruments qu’il a appris à l’Université!
Il était clair en effet clair qu’en procédant par la force et en refusant tout débat sur la forme de l’Etat, le Gouvernement transformait un simple problème politique en une logique d’occupation coloniale, ce qui était une terrible erreur. Car un Gouvernement mieux conseillé se serait d’abord assuré qu’il a les moyens d’une colonisation d’un espace représentant 20% de sa population. Ce qui n’est pas le cas pour le Cameroun.

Malheureusement, les mauvais conseils ont plongé le Gouvernement dans une terrible impasse. Le voilà totalement piégé et il ne peut ni avancer, ni reculer.

Avancer ? Il ne peut pas, car il y a en face des groupes armés qui vont se battre dans une terrible guérilla sanglante qu’un pays du niveau du Cameroun ne peut pas supporter.

Reculer ? Il ne peut pas, non plus, car outre son orgueil blessé, il aurait du mal à justifier les morts parfaitement inutiles du NOSO.

Mais le mal est fait et il faut absolument en sortir. La première chose à faire, c’est déclarer l’Etat unitaire hors-la-loi, et le référendum de 1972 illégal. Ensuite, renégocier une structure confédérale de 2 Etats, le Cameroun francophone et le Cameroun anglophone, eux-mêmes subdivisés en Etats Régionaux.

C’est le mieux que nous puissions obtenir à l’heure actuelle.

Rejoignez notre newsletter!