Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 21Article 550495

General News of Wednesday, 21 October 2020

Source: Le Messager n°5636

Annulation de la taxe sur les téléphones: Paul Biya évite de justesse une révolution

Dans une correspondance adressée hier 19 octobre au Secrétaire général des services du Premier ministre, Séraphin Fouda, le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, transmet au Chef du gouvernement l’instruction du chef de l’État, demandant de suspendre l’application de la réforme consistant à collecter les droits et taxes de douane sur les téléphones et tablettes via une plateforme numérique dédiée.
Cameroun, la gouvernance par embuscade ! Le prototype parfait de la charrue avant les bœufs. Le faux départ du 15 octobre 2020 cachait mal les sirènes de ce flop retentissant. Prévue pour rentrer en vigueur jeudi dernier, l’application de ces fameuses taxes vient d’être renvoyée aux calendes grecques.

Alors que les voix s’élevaient de toutes parts pour fustiger cette réforme du gouvernement présentée comme une mesure suicidaire, Paul Biya, craignant visiblement que l’occasion soit donnée à la rue de gronder, instruit le Premier ministre de «faire surseoir à la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douane et taxes sur les téléphones et combinés importés».

L’instruction du président de la République est contenue dans une correspondance signée hier lundi 19 octobre, de Ferdinand Ngoh Ngoh au Secrétaire général des Services du Premier ministre.«En exécution des très hautes instructions du président de la République, j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’il demande au Premier ministre, chef du gouvernement, de faire surseoir à la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douane et taxes sur les téléphones et terminaux importés ; soumettre à sa haute sanction un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits de douane et autres taxes », écrit le Sgpr.

Mécanisme plus appropriée Le document surabondamment partagé dans les réseaux sociaux, renseigne que le Chef de l’Etat attend que lui soit soumis «un mécanisme plus approprié de recouvrement desdits droits de douanes et autres taxes».Cette lettre vient mettre un terme à la vive polémique née au lendemain de l’annonce de l’entrée en vigueur de cette réforme contenue dans la loi de Finances du Cameroun pour l’exercice 2019.

Ladite réforme prévoit que les utilisateurs des téléphones, tablettes et autres modems, doivent payer une taxe douanière évaluée à 33,05% du prix d’achat de l’appareil à l’usine.Sur le plan pratique, avant d’acheter un appareil, l’utilisateur doit se rassurer qu’il a été dédouané ou non. S’il a été dédouané, le prix d’achat à l’usine lui sera fixé incluant les 33,05 de la nouvelle taxe.

Un téléphone acquis à 100 000 Fcfa à l’usine, coûtera ainsi plus de 133 000 Fcfa.Si en revanche, l’appareil n’a pas été dédouané, l’acheteur va débourser 33,05% en moins par rapport au prix d’acquisition à l’usine. Un téléphone de 100 000 Fcfa coûtera ainsi moins de 67 000 Fcfa.

Mais, une fois que l’utilisateur introduira une puce d’un opérateur (Mtn, Orange, Nextell, Camtel) dans l’appareil, il recevra automatiquement un message qui l’invitera à payer la taxe douanière. Ladite taxe, prélevée sur le crédit de communication ou à travers les opérations de transfert électronique d’argent, pourra être payée en une ou plusieurs tranches.

Nos confrères du site cameroon-Info.net renseignaient qu’à travers ce nouveau système, l’Etat escompte des recettes annuelles estimées à 45 milliards de Fcfa. Actuellement, ces recettes ne dépasseraient pas 1 milliard de Fcfa, soit un gain de 44 milliards de Fcfa.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter