Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 09Article 561104

General News of Wednesday, 9 December 2020

Source: Cameroon Info

Ambiance chez Maurice Kamto après que le gouvernement a levé le siège de sa résidence.

A son domicile du quartier Santa Barbara à Yaoundé, le principal opposant au régime de Paul Biya, reçoit librement depuis ce mardi 08 décembre 2020, après-midi, la visite de parents, amis et alliés politiques à l’instar de Christian Penda Ekoka.

A 13h, ce mardi 08 décembre, pendant que le Gouvernement faisait lire au journal de la Radio d’Etat, Crtv-Radio, un communiqué sur l’assouplissement des mesures de rétorsion contre le leader et les militants et sympathisants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), les policiers et gendarmes déployés autour du domicile de Maurice Kamto depuis la nuit du 21 au 22 septembre 2020 pour empêcher les allées et venues, décampaient à leur tour.

Il n’y a donc plus d’hommes en tenue, ni de véhicules de la police et de la gendarmerie pour veiller sur la résidence surveillée du président du MRC.

Certains voisins ne se font pas prier pour exprimer leur satisfaction d’être délivrés d’un dispositif sécuritaire effrayant. « Nous n’étions plus libres de nos mouvements. Certains de mes locataires ont préféré déménager pour ne plus subir cette torture. J’ai subi d’énormes préjudices à cause de la présence de la police devant ma maison. Ouf, enfin, ils sont partis » se réjouit un riverain.

Christian Penda Ekoka, fait partie des premiers visiteurs reçus par Maurice Kamto cet après-midi. Au sortir de cette rencontre, l’économiste affirme avoir revu un leader plus que jamais déterminé à poursuivre le combat pour le départ de Paul Biya du pouvoir.

« Je l’ai trouvé en superbe forme, il a le mental, il va bien et pour nous, la lutte continue. Il faudra qu’on libère ce pays, parce que il a été séquestré de manière arbitraire, depuis bientôt trois mois, ce qui ne se justifie pas. D’autres personnes ont été arrêtées de manière arbitraire, elles continuent d’être détenues de manière arbitraire sous le prétexte d’un mouvement insurrectionnel qu’on arrive pas à expliquer » a déclaré Christian Penda Ekoka.

Le leader du MRC et certains de ses partisans avaient été arrêtés pour avoir organisé des manifestations contre l’organisation des élections régionales sans révision du code électoral. Les cadres du parti, Olivier Bibou Nissack et Alain Fogue, et d’autres militants sont encore en détention.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter