Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 02 12Article 456063

General News of Tuesday, 12 February 2019

Source: Ewn.co.za

Ambazonie: terreur à Kumba, la ville économique de la Meme

Quatre personnes sont mortes lorsque des hommes armés ont attaqué un hôpital et l'ont incendié dans l'ouest du Cameroun, où des séparatistes anglophones se sont battus, ont annoncé lundi des témoins et un responsable local.

L'incident s'est produit à Kumba, une ville qui sert de centre commercial pour la région anglophone et qui a été durement touchée par la violence qui a débuté en octobre 2017 entre les séparatistes et les troupes camerounaises.

"Les assaillants ont tué quatre personnes et incendié l'hôpital", a déclaré un responsable administratif de la région de Kumba, confirmant les informations fournies par un témoin.

On ne savait pas tout de suite si les victimes avaient été abattues ou si elles étaient mortes dans l'incendie, ni s'il s'agissait de patients de l'établissement.

Une autre source locale a déclaré qu'il semblait que les séparatistes étaient derrière l'attaque.

L’incident s’est produit lors de la Journée nationale de la jeunesse, anniversaire du référendum de 1961, au cours duquel les régions anglophones de l’ouest du Cameroun ont été rattachées aux régions francophones qui venaient de gagner l’indépendance de la France.

A LIRE AUSSI Incendie meutrier de l'hôpital de Kumba: le gouvernement condamne !


Kumba se trouve à environ 70 kilomètres au nord de Buea, capitale de la région du sud-ouest qui abrite, avec la région du nord-ouest, une minorité anglophone représentant environ un cinquième de la population du pays.

Les deux régions, qui étaient autrefois dirigées par la Grande-Bretagne, se sont longtemps plaintes de discrimination de la part de la majorité francophone et où les séparatistes se battaient pour l'indépendance.

Depuis le début du mois de février, au moins quatre personnes ont été tuées à Buea, dont l'une décapitée, alors que les séparatistes avaient annoncé leur intention de perturber l'anniversaire du 11 février.

Au cours des 16 derniers mois, il y a eu des affrontements réguliers entre des troupes et des groupes de séparatistes qui ont attaqué des postes de police, des écoles et organisé des enlèvements massifs.

Les chiffres des Nations Unies indiquent qu'environ 437 000 personnes ont été forcées de quitter leur foyer à cause du conflit en cours, et 32 ??000 autres ont fui de l'autre côté de la frontière pour se rendre au Nigeria voisin.