Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 29Article 477074

General News of Friday, 29 November 2019

Source: Mutations No 4993

Ambazonie: 2 mois après le dialogue, l’enlisement de la crise inquiète

Dans le document rendu public hier, la CNDHL a révélé que la situation sociopolitique dans les régions anglophones ne facilite pas le respect des droits de l’homme.

Le rapport annuel 2018 de la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés (Cndhl) a été publié hier jeudi, 28 novembre à Yaoundé. Ce document de 463 pages présente la situation des droits de l’Homme au Cameroun et rend compte des activités menées par cette institution. S’agissant de l’état des lieux du respect des droits de l’Homme, il en ressort que des efforts restent encore à faire.

« La situation sociopolitique dans les régions anglophones ne facilite pas le respect des droits humains », a indiqué Chemuta Divine Banda, le président de la Cndhl, hier au cours de la présentation dudit rapport. Il a même confié que l’une des difficultés auxquelles fait face sa structure est d’assister les populations en insécurité dans les deux régions en crise.

« Nous avons des véhicules pour le travail. Mais ce n’est pas facile de se mouvoir. Mes collaborateurs peuvent être pris pour cible », informe le président. En effet, l’an dernier a été marqué par plusieurs exactions attribuées à l’armée et aux sécessionnistes. Des individus décapités, des prises d’otages avec demandes de rançon, des enlèvements d’élèves, d’étudiants et des écoles et formations sanitaires saccagées ou incendiées.

Au mois de juin de l’an dernier, « au moins 74 écoles ont été détruites, tandis que élèves, enseignants et personnel éducatif ont été exposés à la violence, aux enlèvements et à l'intimidation », avait regretté le porte-parole du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), Toby Fricker. Une situation qu’a également déplorée le secrétaire général de la Cndhl, Eva Etongue Mayer le 28 novembre dernier. Le porte-parole de l’Unicef avait ajouté que : « Depuis 2018, plus de 300 élèves et enseignants ont été enlevés.

Après des expériences traumatisantes, ils ont été tous relâchés par la suite ».Des libérations qui avaient été saluées par la Cndhl. Dans un autre registre, le président de la Cndhl a évoqué le cas des chantiers qui ne sont pas livrés dans les délais, comme ceux des logements sociaux, les infrastructures devant accueillir la Coupe d’Afrique des nations (Can).

Le président de la Cndhl attribue cette défaillance à la concentration de toutes les décisions à Yaoundé. « L’implémentation de la décentralisation va résoudre de nombreux problèmes », a déclaré Chemuta Divine Banda.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter