Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 05 16Article 597178

Actualités of Sunday, 16 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Alternance : ‘les chances de Maurice Kamto sont nulles’

•Dieudonné Essomba estime que Maurice Kamto ne succèdera pas à Paul Biya

•Il estime que le regard des Camerouais est détourné des sujets essentiels

•Il milite pour le transfert des pouvoirs au régions


A l’heure où l’alternance au Cameroun revient dans tous les débats, l’économiste Dieudonné Essomba exprime ses doutes de voir Maurice Kamto à la présidence du la République. Les chances du président du MRC sont quasiment nulles à en croire ce dernier.


« Et pendant que ces problèmes rongent le Cameroun comme un cancer, on ne voit nulle part des gens s’organiser pour faire front à toutes ces menaces. Bien au contraire, le monde politique et la société civile dispersent leurs efforts dans les commentaires des frasques dérisoires de Kamto (…) et dont les chances de jouer le moindre rôle dans la transition démocratique sont totalement nulles. Des gens qui n’ont aucun sens du partage, qui critiquent l’équilibre régional sans lui substituer un mécanisme qui ménage la bonne représentativité institutionnelle des segments communautaires au sein de l’Etat, dénoncent l’autochtonie et prétendent redistribuer les terres des Communautés au motif qu’elles appartiendraient à l’Etat n’ont aucune place dans le champ politique du Cameroun », a-t-il déclaré une tribune publiée ce dimanche 16 mai 2021.

Quelques jours avant cette sortie, un mouvement de soutien à la candidature de Jacques Fame Ndongo a été crée sur les réseaux. Même si le ministre de l’enseignement supérieur ne se reconnait pas dans cette organisation, cette dernière continue son bonhomme de chemin. Avec les « Femistes » , c’était les « Franckistes » favorables à la candidature de Franck Biya à la présidentielle de 2025 qui faisaient la une de la presse locale au Cameroun.


Pour Dieudonné Essomba, le seul sujet qui doit intéresser les Camerounais devrait être le transfert des pouvoirs aux régions.
« La seule lutte maintenant, c’est vous organiser et mener des pressions pour transférer les pouvoirs aux Régions, à partir des 15% dont l’engagement a été pris lors du grand Dialogue National », conclut-il.