Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 20Article 563552

General News of Sunday, 20 December 2020

Source: Actu Cameroun

Alternance à Etoudi : le prochain président pourrait être un Nordiste

Directeur de publication de l’œil du Sahel, le journaliste promoteur du mouvement « 10 millions de nordistes », a publié sur sa page ce samedi 19 décembre 2020, une interview qu’il a accordé à nos confrères du journal Mutations en 2019.


Ce samedi 19 décembre 2020, Guibaï Gatama publie l’intégralité d’une interview qu’il avait accordé à Mutations le 31 octobre 2019. Il s’agit pour le journaliste de voir ce qu’il a changé dans son entretien et ce qui n’a pas surtout marché. Sur l’ambition de Marafa Hamidou Yaya de conquérir Etoudi, Guibaï Gatama disait ceci à Mutations. « Rétrospectivement, je peux comprendre que cette affaire ait déchainé les passions en raison principalement de la personnalité du prévenu, un homme qui a occupé de hautes responsabilités et qui plus est, est originaire du Septentrion ; un homme qui a clairement manifesté son désir de succéder à Paul Biya », avait-il indiqué.

Parlant des résultats de la présidentielle d’octobre 2018 au grand Nord, il faisait cette lecture : « A tout le moins, je les trouve conformes au poids politique des uns et des autres sur le terrain. Ceux qui ont suivi de près la campagne ont remarqué que dans cette partie du pays, il y avait le candidat Paul Biya et il y avait les autres. Je ne me permets pas de juger les adversaires du candidat Paul Biya, mais il me semble qu’ils sont partis un peu tardivement à la conquête du grand Nord, avec en plus des schémas contestables. D’aucuns ont pensé qu’il suffisait tout bonnement d’y effectuer quelques descentes et parler de la pauvreté des populations ou se convertir à la « politique de la gandoura » pour se courber et ramasser des voix ».

Régions septentrionales
« Le grand Nord cumule certes tous les indicateurs de pauvreté, mais son champ politique n’est pas en ruines ; et pour ceux qui s’obstinent à croire qu’il est un cheval en attente simplement d’un jockey, ils se trompent lourdement. Son électorat est complexe et il faut du temps pour l’apprivoiser. Je vais vous dire, depuis que je couvre les élections présidentielles, je ne connais pas un seul candidat qui a autant parcouru les régions septentrionales que Ni John Fru Ndi, pour, à chaque fois, des résultats mitigés. Lui aussi n’avait pas compris qu’il existe une identité politique particulière à l’électorat du grand Nord », avait-il ajouté.

Il ne cachait d’ailleurs pas son bonheur de voir, un fils du grand Nord à Etoudi. « Je vais être honnête avec vous : si un nordiste venait à succéder, démocratiquement, à Paul Biya, cela ne me gênerait pas. Je serai heureux que le chef de l’Etat soit originaire des régions septentrionales. Le palais présidentiel n’est l’héritage de personne, ni d’une région, ni d’une religion, encore moins d’une ethnie. Je vais encore être plus honnête avec vous : Si le successeur de Paul Biya devait être un Camerounais originaire de la région du Sud, cela ne me dérangerait pas non plus parce qu’il s’agirait d’un camerounais qui aura triomphé, démocratiquement, par les urnes », avait conclu le journaliste.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter