Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 09Article 612667

Actualités of Monday, 9 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Alliance Ambazonie-Biafra: les révélations d'Ayaba Cho sur Samuel Ikome Sako

Samuel Ikome Sako est accusé d'avoir demandé des fonds au Biafra Samuel Ikome Sako est accusé d'avoir demandé des fonds au Biafra

• Ayaba Cho Lucas révèle l'existence d'une alliance entre Ambazonie et Biafra

• Samuel Ikome Sako nie l'existence d'une telle alliance

• Samuel Ikome Sako a demandé des fonds au Biafra



Le torchon brûle entre les différents leader sécessionnistes ambazoniens sur leur alliance avec les séparatistes biafrais du Nigéria. Le président du « gouvernement intérimaire », le Dr Samuel Ikome Sako, a déclaré lors d'une conférence de presse virtuelle via le zoom le 6 août 2021 dernier qu'il n'y a jamais eu d'alliance entre le peuple du Cameroun anglophone et le Peuple indigène du Biafra, IPOB. Cette sortie a eu lieu quelques mois après qu'un autre leader, luttant pour l'indépendance des régions anglophones, le Dr Ayaba Cho Lucas, ait conclu un partenariat avec l'IPOB de Nnamdi Kanu, emprisonné. Avant cet accord, M. Kanu était un homme libre jusqu'à ce qu'il soit arrêté le 18 juillet au Kenya.

Au cours de la conférence, le Dr Sako a déclaré que, contrairement au Biafra qui tente de se séparer du Nigeria, le Cameroun anglophone est en train de restaurer son indépendance.
"Nous avons coexisté aussi longtemps avec le Cameroun, mais si l'union est devenue problématique, le Cameroun anglophone perd-il son indépendance pour autant ? La réponse est non. S'il est admis que notre union avec le Cameroun n'était pas une union de traité comme le prévoit la charte des Nations unies, pourquoi sommes-nous obligés de rester dans une union de fait où nous avons été traités comme des esclaves au cours des 60 dernières années ? a-t-il déploré.

C'est l'autorité qui parle au nom du peuple du Cameroun anglophone. Nous n'avons pas approuvé et nous n'approuverons pas le Biafra, c'est la position que nous avons adoptée. Nous reconnaissons le droit à l'autodétermination des peuples du monde entier, conformément aux lois, même celles du Nigeria", a-t-il déclaré aux journalistes lors de la conférence de presse.

Selon le gouvernement intérimaire, l'alliance de l'AGovC et de l'IPOB a causé des souffrances indicibles aux réfugiés au Nigeria.
« Le Nigeria doit continuer à traiter nos réfugiés conformément au droit international. Ils sont désespérés, ils ont faim, beaucoup sont sans abri, beaucoup sont sans éducation, beaucoup sont sans espoir. S'il vous plaît, au nom de Dieu, continuez à les traiter avec amour et attention. Ils ne constituent pas une menace pour l'intégrité territoriale ou la sécurité de la nation nigériane, et ils ne le seront jamais », a-t-il déclaré.

Le Dr Cho riposte

« Je voudrais répondre à M. Samuel Ikome Sako qui a attaqué notre alliance avec les Biafrais en utilisant les réfugiés comme excuse. Ceux qui ont libéré le Rwanda venaient des camps de réfugiés en Ouganda... Les réfugiés ont joué un rôle important dans les luttes de libération et ne devraient jamais être traités comme des victimes et être politisés par des politiciens désespérés qui se font passer pour des leaders de la libération. Nos réfugiés ont été politisés ; nos prisonniers ont été politisés... L'alliance avec le Biafra est imparable, imparable. Le Nigeria a montré qu'il n'était pas notre ami. », a déclaré le Dr Cho Ayaba dans une vidéo.

"Je me soucie des réfugiés, je suis un réfugié, vivant dans le camp depuis trois ans".

L'alliance avec le Biafra est pour la survie et l'auto réserve de l'Ambazonie. M. Samuel Ikome Sako a demandé des fonds au Biafra mais les Biafrais ont compris qu'il n'était pas un candidat sérieux pour une lutte de libération.

En 1967, le Biafra a échoué dans sa guerre d'indépendance et s'est rendu au gouvernement nigérian.

Rejoignez notre newsletter!