Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 17Article 573871

General News of Wednesday, 17 February 2021

Source: Actu Cameroun

Alerte projet terroriste: des engins explosifs en provenance du Nigeria saisis

Plusieurs cargaisons de comburants à l’instar du nitrate d’ammonium ou du peroxyde d’hydrogène ont été interceptées au moment où des explosions se multiplient dans les principales villes du Cameroun.

Le phénomène prend de l’ampleur. Le trafic des composants intervenant dans la fabrication d’engins explosifs improvisés (EEI) s’accentue sur toute l’étendue du territoire national, au regard des saisies opérées par les douanes camerounaises et les explosions récurrentes enregistrées dans les Régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest, du Littoral, de l’Ouest ou du Centre. La dernière déflagration s’est produite à Douala. Précisément , au quartier Bepanda dan£ le 5ème arrondissement. De sources policières, l’explosion de ce 31 janvier 2021 fait suite à une mauvaise manipulation d’un engin explosif improvisé par des individus dont l’un trouvera la mort sur place.

Sur le lieu de l’explosion., des câbles, des bouteilles de gaz, des téléphones portables, batteries de véhicules, des explosifs, et de la poudre ont été découverts. Des éléments correspondant aux multiples saisies effectuées par les douanes camerounaises et les forces de l’ordre dans les régions anglophones. De mémoire, 210 engins explosifs (2,07 tonnes) avaient-été interceptés le calite de Pakete, dans la Région du Word, à destination de Bertoua, dans la Région dé l’Est.

Ce 27 janvier 2021, dans le cadre de la surveillance territoriale, la brigade commerciale de Tiko a saisi 500 litres d’acide nitrique. Le liquide avait soigneusement été reconditionné dans 20 fûts de 250 litres. L’analyse d’un échantillon prélevé par la délégation départementale de l’environnement pour le Fako a confirmé l’utilisation de ce produit chimique dans la fabrication d’engins explosifs improvisés.



Autre saisie douanière, dans le cadre de l’opération Halte au commerce illicite (Halcomi), phase 111, effectuée le 20 décembre 2020 à Douala? 100 bidons de 20 litres chacun (soit 2000 litres) remplis d’acide nitrique, entrant également dans la fabrication d’EEI. Tout comme le peroxyde d’hydrogène (propulseur chimique) débusqué le 29 novembre 2020 par les agents des douanes de l’opération Halcomi 111 à Douala. Au total, 300 litres.

Explosions

La ville de Yaoundé a récemment été secouée par deux retentissantes explosions survenues en août 2020 au quartier Mokolo, et en novembre 2020 à Nsam, autre quartier populaire de la capitale camerounaise. Poussant, comme dans le Littoral, le gouverneur du Centre à prendre des mesures conservatoires exceptionnelles pour parer à toute éventualité. D’après de sources au sein des douanes camerounaises, 99% des intrants pour explosifs et engins explosifs proviennent du Nigeria. La saisie du stock d’acide nitrique de ce 27 janvier 2021 avait en effet pour -point de départ la localité de Calabar, dans l’Etat du Cross River. «De milliers de marchandises entrent au Cameroun depuis ce pays voisin.

Ça ne concerne pas seulement les engins explosifs. De petits commerçants et trafiquants écoulent diverses cargaisons sur le marché camerounais», avoue visiblement impuissant un agent des douanes. Les zones d’entrée sont connues: les Régions l’Ouest, du Littoral, de l’Adamaoua, mais surtout, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Cigarettes, carburant frelaté, tissus, vins et spiritueux, véhicules, portables, huiles végétales, médicaments, et même des armes franchissent le territoire camerounais par des corridors non-conventionnels, jusqu’à Douala.

La capitale économique dispose en effet de plusieurs petites îles qui sont de véritables couloirs vers le continent. Des cargaisons suspectes et illicites y pénètrent . nuitamment par les débarcadères de Bwadibo, Youpwe, Essengue ou Akwa-Nord. Au grand dam des agents des douanes.

Marchandises illicites

Ces derniers distinguent toutefois les marchandises illicites et illégales. «On entend par marchandises illégales celles dont le commerce juridique est interdit par des textes nationaux ou internationaux. Par exemple, le trafic de produits pharmaceutiques prohibés, des défenses d’éléphant ou d’écailles de pangolins et autres espèces protégées, est interdit. Pour les marchandises illicites, elles ne sont pas forcément interdites. Lorsque nous les saisissons, nous demandons les documents de douanes. Sans lesquels la cargaison est saisie en attendant le paiement des droits de douanes et d’éventuelles pénalités», renseigne un responsable du secteur Littoral 1 des douanes.

Les droits éludés et .compromis s’élèvent à plusieurs dizaines de milliards de FCFA du fait du commerce illicite.

A propos des engins explosifs improvisés, la situation demeurant préoccupante, malgré l’extrême vigilance des q forces de l’ordre. Phénomène aggravé par la situation sécuritaire instable dans les deux régions anglophones du Cameroun, la porosité des frontières ou la corruption de certains agents des forces de l’ordre ou en charge de la surveillance et du contrôle du territoire.

Le code pénal camerounais stipule dans son article 229 sur les substances explosives qu’ «est puni d’un emprisonnement de un (01) mois à un (1) an et d’une amende de i deux mille (2000) à cent mille (100.000) francs ou de l’une de ces deux peines seulement, celui qui enfreint la réglementation concernant la fabrication, la conservation, le transport, l’importation, l’exportation v, et le-commerce des substances explosives.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter