Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 23Article 476675

General News of Saturday, 23 November 2019

Source: Cameroon Info

Agression du médecin: les présumés agresseurs demandent la liberté provisoire

Le Tribunal de Première Instance de Yaoundé va examiner cette demande le 25 novembre 2019.
L’affaire de l’agression du Dr Cécile Barbara Koumou, médecin généraliste, en service à l’hôpital de district d’Efoulan, est déjà en justice. La première audience y relative s’est tenue le 11 novembre 2019 au Tribunal de Première Instance de Yaoundé centre administratif.

Dans son numéro en kiosque le 18 novembre 2019, l’hebdomadaire Kalara informe que les avocats de la défense ont sollicité la mise en liberté sous caution de leurs clients.

«Ils ont présenté au tribunal des garants qui sont des cadres des administrations publiques et parapubliques, jouissant des domiciles bien connus. S’agissant de cette demande de remise en liberté provisoire, le parquet a sollicité un report, le temps pour son représentant de préparer ses réquisitions. L’affaire a été renvoyée au 25 novembre 2019», précise le journal.

L’agression présumée s’est déroulée le 3 novembre dernier. De garde ce soir-là et alors qu’elle s’occupait d’une patiente, Dr Koumou est interpellée par quatre personnes qui exigent la prise en charge immédiate de leur proche, dans un «état critique». Le médecin, a-t-on appris, explique qu’elle ne peut pas laisser la première patiente pour s’occuper de ce nouveau cas. Une réponse qui aurait mis en colère ses interlocuteurs.

«Il s’en est suivi une échauffourée dans laquelle Dr Cécile Barbara Koumou s’en est tirée avec une luxation de l’épaule qui lui a valu une incapacité temporaire de travail de plus de 20 jours. Ce forfait est mis à la charge de Mme Mouaboulou Cécile, enseignante, M. Meuleu, chef service de la cellule informatique à la direction du budget au ministère des Finances; M. Pouam, cadre à l’Agence de Régulations des télécommunications (ART) et M. Nkem Alphonse, lieutenant de gendarmerie. Depuis le 5 novembre 2019, les mis en cause ont été incarcérés à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui le 5 novembre 2019», indique Kalara.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter