Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 21Article 609163

Actualités of Wednesday, 21 July 2021

Source: www.camerounweb.com

Agression de Nourane Foster, Armand Okol demande à Mbarga Nguele de sévir

Le patron de la police doit prendre des sanctions disciplinaires fortes. Le patron de la police doit prendre des sanctions disciplinaires fortes.

Armand Okol est secrétaire National à la Presse, à l'Information et à la Propagande du Pcrn.

Il condamne l’agression dont a été victime sa camarade Nourane Foster.

Selon lui, le patron de la police doit prendre des sanctions disciplinaires fortes.

« Le rubicon vient d'être franchi. Il y a péril en la demeure. Inadmissible, intolérable, ignoble, véritable scandale. La violence et la brutalité abjectes exercées ce matin à l'encontre d'une élue du peuple à Bafoussam ne trouvent aucune explication ni justification en République » , c’est par ces mots dur que secrétaire National à la Presse, à l'Information et à la Propagande du Pcrn choisit de s’agresser au patron de la police Martin Mbarga Nguele pour condamné l’agression de la député Nourane Foster à Bafoussam par des policiers.

Revenant sur les faits, Armand Okol, explique que’ « en route pour Foumban dans la région de l'Ouest-Cameroun, la députée Nourane MOLUH HASSANA épouse FOTSING au volant de son véhicule s'est vue interdire le passage vers la sortie de la ville. Pendant plusieurs minutes, l'élue de la Nation a essayé de faire entendre raison aux policiers qui ne voulaient absolument rien écouter. Les fonctionnaires de police sont restés sourds, muets et catégoriques à sa doléance de là laisser passer. Après un moment d'attente, elle a alors cru bien faire en présentant son macaron à l'effet de dissuader les flics de lui permettre de poursuivre son voyage ».

Par la suite, « ces hommes en tenue fous furieux, dans un incompréhensible excès de zèle vont se déchaîner et l'apostropher dans une véhémence verbale d'une rare violence (comme en témoignent les images au début de la vidéo qui circule). Prise de patience, elle va sortir de son véhicule pour comprendre ce qui peut justifier cet outrage. La suite se passe de tous commentaires, mais le monde entier découvre alors de manière ahurissante comment l'un des policiers, sans scrupules et sans vergognes brutalise en mondo vision une femme, une mère d'enfants, une épouse, un cadre de parti politique, une députée de la nation, une élue du peuple, une digne autorité législative ».

Il faut sévir.

Selon Armand Okol, rient ne peut justifier cet excès de zèle qui pour lui frise le mépris et l’arrogance du bras séculier de l’Etat envers un élu du peuple. « Quel que soit le bout par lequel on appréhende cette affaire, il ne s'agit ni plus ni moins que de la manifestation du mépris et de l'arrogance criards et légendaires que l'autorité administrative et son bras séculier que constituent les forces de maintien l'ordre (en vérité forces de désordre) manifestent de tous temps à l'endroit des élu(e)s, et particulièrement de celles et ceux de l'opposition dans notre pays », écrit-il. Armand Okol déplore qu’ « une fois de plus, une fois de trop donc, on vient d'assister là au renversement de l'ordre hiérarchique républicain en voulant faire croire que le bénéficiaire d'un décret présidentiel est au-dessus des lois, mais encore qu'il est plus fort, plus grand, plus important, plus puissant qu'une personne investie et détentrice du pouvoir du peuple souverain ». Le secrétaire National à la Presse, à l'Information et à la Propagande du Pcrn affirme que « le Pcrn soutient totalement et de manière indéfectible l'honorable Nourane et ne fera aucune économie pour la réparation du préjudice moral subit par cette dernière ».

Rejoignez notre newsletter!