Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 06 28Article 466742

General News of Friday, 28 June 2019

Source: 237online.com

Agression de Biya en Suisse: l’opposition réagit!

La manifestation de la Brigade Anti sardinard mardi 25 juin 2019 devant l'hotel Intercontinental Suisse contre Paul Biya n’a pas laissé les hommes politiques camerounais indifférents. Tour à tour, ces derniers condamnent fermement l'initiative de ces activistes de la diaspora.

Dimanche 23 juin 2019, Paul et Chantal Biya ont quitté Yaoundé pour un « court séjour privé » en Europe. A peine ils ont frôlé le sol suisse que les éléments de la brigade anti sardinard ont violemment manifesté à l’hôtel intercontinental de Genève où ils sont logés.

N’eut été la riposte des éléments de la sécurité présidentielle, les membres de la BAS auraient réussi leur pari le 25 juin 2019 ; celui de perturber, saboter voire boycotter le séjour du locataire d'Etoudi en ces lieux.
Au micro de la CRTV, certains leaders des partis politiques d’opposition disent NON à ce qu’ils qualifient d’actes de vandalisme.

Pour Pierre Flambeau Ngayap, secrétaire général de l’UNDP (Union nationale pour la démocratie et le progrès), le président est une autorité que ses compatriotes doivent respecter partout où il se trouve quelles que soient les divergences d’opinion. « Il doit recevoir l’ensemble du respect de ses compatriotes. Le fait d’être opposé à sa politique ne justifie aucune violence ».

Dans le même sens, Serges Espoir Matomba, candidat au la présentielle du 7 octobre 2018, pense que les actes d’une telle envergure n’honorent pas le Cameroun « attaquer le chef de l’Etat dans son hôtel hors du Cameroun contribue à ternir l’image de notre pays à l’étranger », s’est insurgé le président du PURS (Peuple uni pour la rénovation sociale).

Quant à Robert Bapooh Lipot, le Cameroun est un Etat de droit et il doit être respecté comme tel « Il y a lieu de relever pour le dénoncer que ce n’est pas l’homme le président Paul Biya mais il s’agit bien évidemment d’une attaque dirigée contre les institutions de la République » a déclaré le secrétaire général de l’UPC (Union, des populations du Cameroun).

Célestin Bédzigui dit NON à la violence, NON à la barbarie mais OUI au dialogue « cet acte porte la signature d’un ensauvagement de certains Camerounais qui s’excluent du champ d’honneur de la politique dont le but principal est de construire la haine » a condamné le président du PAL (Parti de l’alliance libérale).

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter