Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 23Article 582274

General News of Tuesday, 23 March 2021

Source: 237actu.com

Affecté à Garoua, Messanga Nyamding pleure à chaudes larmes

L’homme politique dénonce par ailleurs un projet d’assassinat contre lui.

Le Maitre de conférences en Science politique et en Droit privé, a été limogé de son poste de Chef de Département de l'Intégration et de la Coopération pour le Développement à l’Institut des Relations Internationale du Cameroun (IRIC).

Il est redéployé quelques jours après à Garoua, annexe de la faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Ngaoundéré.

Le Biyaiste et militant de la première heure du RDPC voit ainsi le ciel lui tombé sur la tête. Il venait à peine d’être convoqué au SED, où il a subi un interrogatoire musclé pendant près de 8 heures de temps.

Menaces de mort

Messanga Nyamding pense que tous ces événements qui se succèdent cachent en réalité un réel projet d’assassinat contre lui.

Reconnu pour sa verve acerbe contre ses camarades du parti, mais également pour son idolâtrie envers Paul Biya, l’homme politique voit ainsi se déployer contrer lui le rouleau compresseur.

«Depuis le SED (Secrétariat d'Etat à la Defense) le 09 mars dernier, aucun jour ne passe sans que je ne reçoive des menaces de mort ou des intimidations administratives. Cet acharnement doit s'arrêter car jusque là rien ne justifie une telle hostilité tourbillonante vis-à-vis de moi. J'ai tout donné à mon pays et à mon parti le RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais) allant même jusqu'à perdre une partie de ma vue, jusqu'à perdre mon meilleur ami Charles Ateba Eyene et bien d'autres choses sur le champs de bataille politique. A l'heure où je vous écris ces quelques lignes, je vous confirme qu'ils n'ont qu'une seule intention, c'est de m'assassiner... J'ai vraiment l'impression de rêver face à cet acharnement. M'imposer ce qu'ils veulent faire là n'est pas humain », écrit sur sa page Facebook Messanga Nyamding, dans une mise au point après la décision de son affectation à Garoua.

A en croire certaines sources, le système a mis tout en œuvre pour neutraliser l’internationaliste, dont les déclarations publiques étaient devenues embarrassantes pour le régime.

Son limogeage de ses fonctions à l’IRIC et son affectation à Garoua interviennent au moment où une vidéo virale sur la toile est étiquetée par certains internautes, le montrant entrain de tirer à bouler rouge sur certaines hautes personnalités au rang desquelles le SGPR, Ferdinang Ngoh Ngoh. Ce dernier aurait décidé de mettre fin à la saigné langagière.

«Celui qui s’attaque aux abeilles doit pouvoir en assumer les « conséquences ». L’on se souvient encore de cette boutade restée célèbre, lancée par un membre du gouvernement à l’occasion des menaces de boycott des élections régionales.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter