Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 10Article 566129

General News of Sunday, 10 January 2021

Source: camerounweb.com/actucameroun

Affaires des CNI : un avocat fait un humiliant cours de droit à Mbarga Nguele

Face à la colère des Camerounais qui ne peuvent plus continuer par vivre sans pièces d’identité, le Directeur Général de la Sureté nationale est monté au créneau pour rassurer l’opinion publique. Il a en partie justifié les retards constatés dans la délivrance des cartes nationales d’identité par les doubles identités de certains Camerounais. Pour Me Christian Bomo, ce n’est pas à Mbarga Nguele de régler les problèmes de double identité mais à la justice.


« Toutes les personnes qui ont plusieurs identités doivent être dirigées vers la justice.
C'est la justice qui doit prendre des décisions sur l'identité réelle, à conserver ou à éliminer des personnes confrontées à cette situation.
Que chaque concerné saisisse la justice par requête aux fins d'examen des situations en procédure de rectification, de constitution de leurs actes d'état-Civil.
Une simple requête suffit.
Et pour aller vite, les juridictions peuvent organiser des audiences spéciales à cet effet.
Il ne revient pas à la police ou aux autorités administratives de statuer sur l'état-civil des individus », a déclaré le juriste.


Plus de 3 millions de camerounais ont une double identité

Cette situation bloque la production de leurs cartes nationales d’identité, selon la Délégation générale à la sûreté nationale.

Sous le feu des projecteurs, en raison de la lenteur dans la production de la carte nationale d’identité (CNI), la Délégation générale à la sûreté nationale (DGSN) apporte des explications. C’était au cours d’une rencontre avec la presse le 8 janvier 2021 à Yaoundé.

A la suite de cette rencontre, le commissaire divisionnaire Dominique Baya, Secrétaire Générale de la DGSN, a rendu public un communiqué de Martin Mbarga Nguelé, le patron de la police. Selon le délégué général à la sûreté nationale, plus de 245 mille cartes nationales d’identité sont en attente de leurs propriétaires dans les commissariats.

De même, trois millions de Camerounais ont des problèmes de double ou de triple identité dans la base de données de la police. Cette situation bloque la production de leurs cartes nationales d’identité.

«Malheureusement les détenteurs de ces multiples identités refusent de faire valider leur identification authentique, car ayant développé d’autres avantages avec leurs multiples identités», explique le patron de la police. Une manière bien subtile de justifier les retards décriés.

De nombreuses failles
Pour la sûreté nationale, il est urgent d’installer un nouveau système qui peut mieux protéger la nationalité camerounaise. Ce deuxième système apprend-on vient résoudre ce principal problème, car actuellement dans notre pays, plus de trois millions de personnes sont en situation de double identité. Dans une telle circonstance, seule la première identité est la véritable.

« L’ancien système de production des CNI présentait de nombreuses failles, la principale étant la possibilité d’établir plusieurs cartes pour une même personne, ce qui ouvrait la porte aux personnes qui pouvaient avoir plusieurs identités pour commettre des crimes, toucher les salaires des autres… », indique la DGSN.


Rappelons que pour faire une demande de CNI ou d’un passeport, il faut attendre des mois. Voire des années avant la délivrance du document. La situation est tellement préoccupante qu’un internaute a récemment lancé le hashtag «je veux ma CNI», qui a été repris des milliers de fois en l’espace de quelques jours.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter