Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 06Article 518521

General News of Saturday, 6 June 2020

Source: camerounactuel.com

Affaire Wazizi : le gouverneur Okalia Bilaï joue à Ponce Pilate


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le gouverneur de la région du Sud-ouest qu’une délégation de syndicats des journalistes du Cameroun a rencontré hier, a dit ne pas savoir ce qui est arrivé au journaliste d’expression anglaise dont le décès à été confirmé par Équinoxe télévision mercredi dernier.


L’annonce du décès du journaliste Samuel Wazizi au journal de 20h d’Equinoxe télévision le mercredi 3 mai dernier à créé une vague de contestation au sein de l’opinion nationale et au sein de la corporation des journalistes du Cameroun. Car, ce qui venait de se passer là est inacceptable au 21eme siècle et dans un pays de démocratie où on déclare tous les jours que la liberté d’expression est un fait et un acquis.

À côté de la condamnation de cet acte de barbarie qui contribue à museler la presse, les journalistes exerçant dans la région du Sud-ouest et plus précisément dans la ville de Buea ont voulu en savoir plus sur la disparition de leur collègue. C’est ainsi qu’ils ont initié une marche très tôt hier en direction des services du gouverneur de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilai. Il était question pour ces derniers choqués par cette nouvelle traumatisante de savoir exactement ce qui s’est passé. Et surtout pourquoi leur collègue a été.

La délégation conduite par Derick djatoh, responsable régional du Snjc du Sud-Ouest et Davidson du Camasej est effectivement arrivé au service du gouverneur qui les attendait avec tout son état major. Pour des besoins de sécurité en cette période de lutte contre le Corona virus, seuls trois des journalistes mobilisés pour la cause ont été admis à rencontrer le gouverneur.

Bref échange
À la question de savoir ce qui est arrivé à Samuel Wazizi porte disparu depuis 10 mois après son arrestation par les éléments des forces de l’ordre de Muea, Bernard Okalia Bilaï qui s’attendait à cette question et qui avait certainement déjà répété les réponses s’est entièrement déchargé, «Je ne peux rien dire à ce sujet. Il faut demander à Yaoundé», a déclaré le gouverneur de la région du Sud-ouest.

Avant d’ajouter que, «quand on transférait Wazizi de Buéa pour Yaoundé, il était en pleine forme. Je ne saurais donc parler de ce qui s’est passé avec Samuel Wazizi à la capitale». Bernard Okalia Bilaï à pareillement précisé au passage que celui-ci n’était pas poursuivi dans le cadre de ses activités journalistiques. Pour se décharger de cette affaire d’arrestation, de torture et d’assassinat d’un journaliste pendant l’exercice de sa profession, un fait qui débuté dans son territoire de commandement, Okalia Bilai a demandé aux journalistes d’aller à Yaoundé cherché à savoir ce qui s’est passé.

« C’est au-dessus de mes pouvoirs je ne peux pas poser des questions à Yaoundé», a tenté de se dédouaner le patron de la région. Furieux parce que ne comprenant pas à quel jeu est en train de jouer celui qui est sensé veiller à la sécurité des biens et des personnes de la région’ les journalistes qui se sont mobilisés au service du gouverneur sont rentrés déçus. Ils ont promis de se concerter avec le bureau national de leurs syndicats et associations pour dénoncer ce qui s’est passé et demandé des comptes à l’Etat du Cameroun.

«Le gouverneur ne nous a rien dit de bon. Il était là avec tout son état-major. Il nous a renvoyé à Yaoundé. Nous condamnons avec la dernière énergie ce qu’on avait à notre collègue. Si on ne peut plus faire son métier tranquillement au Cameroun sans être inquiété, cela ne vis pas la peine. On va aller Yaoundé. Si on ne fait rien on va tous nous tuer. Aujourd’hui c’est Wazizi demain ce sera qui ? S’interroge Derick Jatoh président régional du Snjc sud-ouest très inquiet pour ses membres et pour le métier de journaliste au Cameroun.

Après l’annonce du décès de Samiel Wazizi dans des circonstances troubles, une vague de protestation est née sur les réseaux sociaux. Des slogans comme «le journalisme n’est pas un crime », « justice pour Wazizi», ont enflammé la toile. C’est toute la presse camerounaise qui est éplorée après l’annonce de ce décès.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter