Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 03Article 595084

General News of Monday, 3 May 2021

Source: www.camerounweb.com

Affaire Survie Cameroun : Kand Owalsky dénonce des règlements de compte

Le militant engagé du MRC pointe du doigt les adversaires d’Henri Djoko, responsable régional MRC-Europe qui serait détesté par plusieurs partisans du parti de Maurice Kamto.

Tous ceux qui, dans « notre » camp refusent de lire le rapport d’audit effectué par trois cabinets d’experts, tous ceux qui refusent catégoriquement de croire aux conclusions de ce rapport ont un seul problème : Henri Djoko, responsable régional MRC-Europe.

A l’aube de l’initiative SCSI, il y’a eu des levées de bouclier ???? contre sa personne. Il ne fallait pas qu’il s’approche de l’initiative au regard de nombreuses accusations portées contre lui. Devant la déferlante de ces oppositions qui tendaient plus à saborder l’initiative en elle même, Monsieur Djoko a fait une déclaration sur son compte Facebook dans laquelle il indiquait ne pas faire partie de la gestion des fonds de SCSI. Et les choses ont repris normalement.

Une fois que l’annonce a été faite au sujet de l’écart constaté entre les chiffres que la jauge affichait et la somme réellement présente sur paypal et strype, ces gens ont conclu à un détournement. Pour eux, il était clair que Henri Djoko avait détourné les fonds de SCSI. Il ne s’agissait pas que d’une intuition mais d’une certitude, certitude qui reposait malheureusement non pas sur des faits réels mais sur l’implication de Djoko dans l’initiative alors qu’il avait dit ne pas en faire partie.

Et voici la question avec laquelle ils préfèrent chiffonner le travail de trois cabinets d’experts ayant abouti à la conclusion d’un bug : pourquoi Djoko a-t-il dit qu’il n’avait rien à voir avec la gestion des fonds de SCSI ?

D’abord il faut répondre en disant que Henri Djoko n’a effectivement pas participé à la gestion des fonds de SCSI. Il a été, en tant que responsable Régional de l'association MRC-Europe, le signataire d’une convention entre ce parti et le président du comité de gestion de SCSI, laquelle convention définissait clairement les rôles de chaque parti. Le MRC-Europe devait assurer le fonctionnement et la maintenance des plateformes de collecte, c’est-à-dire Stripe et Paypal. Il devait ensuite ouvrir un sous compte bancaire spécial auprès de la banque CIC à Strasbourg qu’il devait mettre à la disposition de SCSI. Selon l’article 05 de cette convention, SCSI avait de manière exclusive l’entière responsabilité de la gestion dudit compte. Sur cette base Christian Penda Ekoka avait lui-même nommé deux gestionnaires de ce compte bancaire. Il s’agit de Salomon Eba et de Moïse Tchankoumi. Voilà les deux personnes qui géraient le compte spécial ouvert par le MRC suivant les termes de la convention.

Aucun membre du MRC ne devait accéder à ce compte. Cela est d’autant plus vrai que c’est SCSI qui en détenait les clés. C’est SCSI qui gérait donc les fonds; et à cette gestion Henri Djoko n’a effectivement pas été associé. Peut-on continuer de dire qu’il a menti ? Je dis que non.

Il faut qu’on se le dise, la vérité n’est pas un caméléon qui se colore aux humeurs et à la volonté des hommes. Christian Penda Ekoka a lui-même élaboré une belle philosophie à propos. La vérité n’est pas non plus ce qu’on accepte de croire; elle n’est que la vérité. Et nous ne devons pas espérer qu’elle soit toujours en accord avec nos attentes. Nous ne devons qu’espérer qu’elle soit fondée et prouvée. Et lorsqu’elle l’a été, nous devons la respecter; qu’importe nos ressentiments ou nos attentes.

Je n’aime pas personnellement Henri Djoko que je n’ai jamais d’ailleurs rencontré de ma vie. Et si je devais prétexter de ce « désamour », j’aurais conclu, comme certains, à son implication dans un détournement imaginaire. Je n’aurais pas pris le temps de lire ce rapport, comme ils ne l’ont pas lu, ou quand je l’aurais fait, comme certains d’entre eux l’ont fait, ç’aurait été pour voir si les cabinets ayant eu la charge de cet audit étaient réels ou de simples fabrications. Puisque j’y suis, je voudrai montrer à ceux qui ont spéculé sur la fiabilité et l’existence de ces cabinets qu’ils existent bel et bien. Je mets à leur disposition les liens vers leurs différents sites :

Je voudrai rappeler au passage que les deux gestionnaires du compte bancaire spécial SCSI nommés par Christian Penda Ekoka étaient également ses auditeurs internes. Ainsi, à la suite du constat fait par l’équipe technique ayant conçu la plateforme du bug, une réunion eut lieu entre eux et les auditeurs internes de Christian Penda Ekoka qui sont Mr Eba et Mr Tchankoumi le 03 octobre 2020. La conclusion de ces derniers fut la suivante :
« Même si l’équipe d’ingénieurs pense que l’écart est dû à un bug technique, la cause exacte de ce bug n’est pas claire et justifie une enquête plus approfondie sous la forme d’un audit informatique ».

Avant de continuer je précise qu’il s’agit là de la conclusion des auditeurs internes nommés par Penda Ekoka, qui sont aussi gestionnaires du compte bancaire de SCSI. Nous sommes donc le 03 octobre 2020. Et on est tous d’accord que ce qu’il faut c’est un audit informatique. Ce sont les hommes de CPE qui le disent.

Mais, pourquoi au lieu de commander cet audit approfondi, audit informatique donc, Penda Ekoka a-t-il choisi de commander plutôt un audit comptable du même ordre que celui que ses hommes avaient déjà fait et qui a coûté aux contributeurs près de 10 millions de FCFA? Ne soyons pas naïfs les amis. Mon avis est que Penda Ekoka se doutait bien que cet audit informatique pouvait confirmer la thèse du bug et lever tous les soupçons de détournement. Il a fait le choix de commander un audit comptable avec un cabinet dont le conflit d’intérêt a été établi avec ses auditeurs internes. Audit déjà fait par ses hommes qui a semé davantage de confusion puisque n’ayant débouché que sur des hypothèses que je résume comme suit :

« Soit il s’agit d’un bug, soit il s’agit d’un détournement ».

Voilà le résumé du résultat de l’audit commandé par CPE. Voyons tous que ce résultat divise d’office l’opinion publique et crée la confusion. On a eu d’un côté ceux qui pensaient qu’il s’agissait d’un bug et de l’autre ceux qui concluaient à un détournement. Or CPE aurait commandé l’audit informatique qu’on n’aurait pas eu ce problème. Il a laissé la confusion faire son chemin jusqu’à ce que trois cabinets d’audits internationaux recrutés par Maurice Kamto confirment finalement la thèse du bug. Entre-temps la rumeur du détournement entretenue par ses soins avait bien cheminé.

Je conclus après analyse que Penda Ekoka ne voulait pas connaître une vérité qu’il la connaissait PEUT-ÊTRE déjà. Ce qu’il voulait c’était mettre dans la tête des Camerounais l’idée que le responsable régional du MRC Europe avait volé leur argent et qu’il fallait le dégager. C’est pourquoi il a écarté les recommandations de ses propres hommes pour faire son audit à lui qui nous a causé ces problèmes.

À ce propos, qu’est-ce qui a motivé Penda Ekoka à vouloir faire tomber le responsable Europe d’un parti auquel il a refusé d’adhérer lorsque son allié lui proposait le poste de vice-président ? Faites tourner cette question dans vos méninges les amis et les amies. Vous n’êtes pas d’un parti politique, vous refusez d’y adhérer mais vous faites tout ce que vous pouvez pour faire sauter la tête à l’un de ses responsables, et pas n’importe lequel...celui de la diaspora, la très grande diaspora qui vous a accueillis à Paris le 1er Février 2020. Hmmmmm !

Au demeurant, je peux comprendre le ressentiment que certaines personnes éprouvent contre Henri Djoko. Ce genre de choses existe dans chaque parti. Mais il me semble qu’il occupe un poste électif qui peut-être brigué par quelqu’un d’autre. Pourquoi ne pas simplement travailler à le remplacer aux prochaines élections internes ? En tant que militants du MRC, si vous l’êtes, c’est à cela que vous devriez travailler. Pour l’instant la vérité est qu’il n’a jamais géré les fonds de SCSI et qu’il n’y a jamais eu de détournement. Cette vérité est plus importante que nos ressentiments vis à vis de sa personne. Cette vérité est attestée par l’accord signé entre le MRC et SCSI. Elle l’est également par trois cabinets d’audit internationaux.

Je crois que dès lors il faut arrêter de demander de sacrifier un homme au mépris de la VÉRITÉ. Si vous ne pouvez ne pas simplement vous contenter de celle-ci c’est que vous avez d’autres projets.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter