Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 23Article 522514

General News of Tuesday, 23 June 2020

Source: cameroon-info.net

Affaire MINAT-CPP: Kah Walla remet Atanga Nji à sa place


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La patronne de ce parti d’opposition a réagi à la décision rendue le 16 juin 2020 par le Tribunal de première instance de Yaoundé, désavouant le ministre de l’Administration Territoriale, qui s’était immiscé dans les affaires internes de son parti.

La présidente du Cameroon People’s Party (CPP), Edith Kah Wala, a fait une sortie chez nos confrères d’Afrik-inform.com, dans le cadre de l’émission «7 minutes pour convaincre», au cours de laquelle elle est revenue sur l’affaire qui a opposé son parti au ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, et remontant à juillet 2018 peu avant l’élection présidentielle du 7 octobre 2018.

«Le ministre Atanga Nji, si vous regardez ses actes, ce n’est pas seulement vis-à-vis du CPP, c’est quelqu’un qui systématiquement confond son appartenance au parti politique RDPC –il est d’ailleurs un biyaïste, il le dit ouvertement- avec son rôle de ministre, qui est une fonction de l’Etat, une fonction administrative, dans laquelle il ne peut pas avoir de coloration politique», analyse-t-elle à la suite du camouflet essuyé par le ministre.

En effet, Paul Atanga Nji avait, au plus fort des dissensions au sein du CPP, pris fait et cause pour le militant Tita Fon Samuel, qu’il avait reconnu au travers d’un communiqué comme président de ce parti, au grand dam de Kah Wala, portée aux nues depuis le 30 avril 2011.

Cette dernière avait saisi les juridictions pour protester contre cette décision ministérielle, et le 16 juin 2020, soit près de deux ans après, le Tribunal de première instance de Yaoundé lui a donné gain de cause.

Edith Kah Wala croit savoir que le MINAT passe pour être le zorro dont la mission est d’exterminer tous les partis politiques d’opposition qui dérangent le régime de Yaoundé. «Nous avons une position claire qui n’a jamais fléchi. Le CPP est le parti qui a toujours dit que le régime Biya doit partir. Ce système, on ne peut pas collaborer avec, on ne peut pas négocier avec, ça doit partir ! Monsieur Atanga Nji a peur de cette position, et s’est dit, je vais arranger mon élection pour mon candidat pour écarter des personnes qui peuvent gêner», renchérit-elle.

La présidente du CPP révèle par ailleurs que les démêlées avec le MINAT n’ont pas encore été élaguées. Le parti réclame sa quote-part de la subvention due aux partis politiques qui disposent des élus locaux.

«Le CPP, en 2018 et 2019, ayant des élus, devait recevoir une subvention de l’Etat comme tous les autres partis politiques. En 2018, nous n’avons pas reçu cette argent, en 2019 non plus. Si jamais cet argent a été envoyé à des personnes qui n’étaient pas légitimes, il y a des comptes à rendre par le ministère», prévient Kah Wala.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter