Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 07Article 547075

Politique of Wednesday, 7 October 2020

Source: www.camerounweb.com

Affaire Joseph Bibehe - l'après Biya: Hervé Nkom révèle le plan de Jean Nkuete

Comme une plaie puante, la crise qui secoue de RDPC suite au rejet de la candidature de certains barons du régime pour les régionale de décembre 2020 s'aggrave de jour en jour. Le dernier épisode de cette guerre de clans est la sortie d’Alphonse Joseph Bibehe, membre du Comité central du parti de Paul Biya.

Face à la presse ce jour, le candidat malheureux à la candidature pour régionales 2020, n'a pas caché sa colère à l'égard du secrétaire général de son parti qu'il accuse de vouloir déstabiliser leur parti de l'intérieur.
Selon lui, Jean Nkute a tripatouillé le processus ayant abouti à la mise à l'écart de sa candidature.

Cette position vient d'être soutenue par un autre poids lourd du RDPC en la personne d’Hervé Emmanuel Nkom. Le militant de première heure du parti dans la Sanaga Maritime a été reçu ce mercredi matin par nos confrères d'ABK Radio.

Dans son analyse, l'homme politique n'a pas caché son chagrin et son amertume face à la situation que vit son camarade Alphonse Joseph Bibehe.
"Ce qui arrive à monsieur Alphonse Joseph BIBEHE me chagrine, ça m'a donné de l'amertume car c'est mon ami et c'est un ancien camarade. Qu'on cesse de faire les investitures à Yaoundé. On a le sentiment qu'il y'a une fixation sur les membres de la Sanaga Maritime et ceux du Littoral" a-t-il fait remarquer.

Le principal argument qui a milité à la faveur du rejet de la candidature d'Alphonse Joseph BIBEHE n'est rien d'autre que son frère cadet Ngalle Bibehe, le ministre des transports, occupe déjà un poste important dans l'appareil de l'Etat. Soutenu par Jean Nkuete, cette position n'a pas convaincu Hervé Emmanuel Nkom. "Vous ne pouvez pas faire un déni de droit pour faire un déni de fratrie. Une bonne décentralisation nous permettra d'éviter ce genre problèmes" soutient-il.

Cette crise a des répercussions sur la base du RDPC qui, selon Hervé Emmanuel Nkom, ne se retrouve plus dans certaines décisions prises par sa hiérarchie. "La base du RDPC est perdue, elle ne comprends plus rien...il y'a une règle dans l'armée, ce sont ceux qui sont au front qui commandent et dans le parti, ce sont les no names qui lèvent la voix". Il voit dans cette démarche du Secrétaire général du parti, une stratégie en vue de préparer l'après BIya. "Dans notre parti, il y'a des gens qui multiplient des stratégies pour préparer l'après Biya. Et ceux qui font les calculs alimentaires et de positionnement, il faut les écarter. Le président doit trancher entre ces officines et l'intérêt général. Nous sommes plusieurs catégories de militants dans le RDPC, chacun milite selon ses motivations et dans ces décisions prises, on joue contre le parti. Il y en a qui pensent qu'ils peuvent acheter une place mais ça se termine dans le mur. Je ne peux pas continuer à me taire parce qu'il y'a des inégalités et des frustrations qui se multiplient".

L'affaire Alphonse Joseph Bebehe et tant d'autres fragilise le parti au pouvoir dans cette région du Cameroun où des formations politiques comme le PCRN et l'UPC montent en puissance. Ceci amène Hervé Emmanuel Nkom à s'interroger sur les réelles motivations des initiateurs.
"On a besoin de tous les militants et de tous les Camerounais. Il faut laisser une cohésion dans la région puisque les personnes écartées ont été retenues par le département...Dans la conséquence d'une telle démarche, on ne peut pas nier qu'on favorise le camp d'en face" martèle-t-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter