Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 13Article 613453

Culture of Friday, 13 August 2021

Source: Le Messager

Affaire Erica: des manœuvres et des tractations de coulisses pour libérer Tenor

Rien n’est moins su?r selon les sources judiciaires Rien n’est moins su?r selon les sources judiciaires

S’achemine-t-on vers une mise en liberté provisoire de l’artiste Tenor ? Rien n’est moins sûr selon les sources judiciaires.

Toutefois des indiscrétions glanées par le Messager font état de ce que des manœuvres et des tractations de coulisses se trament dans le but de permettre à l’artiste Tenor de son vrai nom Mengoumou Ayia Thierry, de recouvrer la liberté.

Lui qui avait été placé sous mandat d’arrêt à la prison de News-Bell à la suite d’un accident de circulation survenu dans la nuit au 14 au 14 juillet dernier à Douala. Lequel avait conduit à la mort de la jeune étudiante Mfiya Mouliom Erica Shealsea âgée de 20 ans.

En effet hier 12 août 2021, l’artiste était à la barre. A la suite de la demande de mise en liberté provisoire introduite par son conseil, qui se fonde sur l’état de santé de son client qui, dit-il, ne lui permet pas de rester en détention, la cause a été renvoyée au 6 septembre prochain pour les réquisitions du procureur .

Il est important de noter que la procédure en cours a été enclenchée par le Ministère public car le père de Mouliom Erica a déposé une plainte chez Mme la présidente du tribunal de Grande Instance du Wouri à Douala le 3 août 2021. Or Tenor a été entendu au Tpi de Douala-Bonanjo puis écroué à la prison de News-Bell le 30 juillet 2021, soit 4 jours avant la plainte de la famille éprouvée.

Selon ladite plainte déposée contre Tenor par Jean Georges Moulion, le père de Erica sa fille aurait été victime d’un « meurtre maquillé en accident sur la voie publique ». On y lit qu’elle « n’avait ni brûlure, ni blessures sur son corps, encore moins de fractures!! »

Aussi peut-on y lire qu’ « il dépose plain- te avec constitution de partie civile contre : le surnommé Ténor, Tameu Isidore, Manager du premier cité, le surnommé “Joyce” et toute autre personne dont l’enquête découvrira l’implication dans le meurtre de sa fille Mfiya Mouliom Erica Shealsea, étudiante en première année à l’université catholique Saint Jérôme de Douala ».

Rejoignez notre newsletter!