Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 26Article 569272

General News of Tuesday, 26 January 2021

Source: Actu Cameroun

Affaire Beh Mengue : quand l’accusation balbutie au TCS

L’audience du 20 janvier dernier a accouché d’une souris et exposé au grand jour, les lacunes de l’accusation morceaux choisis.
E n rappel, M.Jean Louis Beh Mengue, ancien dg de L’ART, répond des faits supposés de détournements des deniers publics pour un montant de 438 millions de frs. On l’accuse également de complicité de détournement d’environ 399 millions de frs, reproché principalement à l’ancien agent comptable de l’Art en fuite. .

Il apparaît toutefois à la lecture du rapport du conseil de discipline budgétaire et financière (Cdbf) que; « plusieurs irrégularités de gestion » imputées à M. Beh Mengue par le Consupe tirent leurs racines des actes de gestions posés en exécution des réquisitions.

Du conseil d’administration de l’organisme. Il en est ainsi par exemple des allocations d’avantages qualifiés d’indus ,aussi bien aux administrateurs, aux responsables, aux personnels du ministère des Finances en service auprès de l’Art, mais aussi du versement de primes spéciales aux personnels. Ces dépenses et d’autres, toutes aussi importantes suspectées d’être frauduleuses ont pourtant été prescrites par des administrateurs du conseil.



Depuis bientôt deux ans qu’il est en détention provisoire à la prison centrale de kondengui, les audiences se sont succédé, L’accusation tourne dans le vide, incapable de produire des pièces à convictions palpables. L’audience du 20 janvier dernier a fini par convaincre même les plus sceptiques.

Question de Maitre Assira, conseil de M. Beh Mengue.: «l’accusation peut elle nous dire comment une résolution, un quitus donné par le même conseil d’administration, l’organe suprême, peut entraîner la responsabilité du directeur général? Quelle sont les justificatifs matériels permettant une telle extension de sa responsabilité? « Réponse du témoin de l’accusation: s’agissait de sa responsabilité, le dg s’est comporté en comptable. Il a signé tous les chèques ayant servi ‘aux décaissements des fonds querellés. Nos travaux sont fondés sur les risques et dénonciations portés, les détenteurs de faux’diplômes, la gestion opaque de l’immeuble siège de l’Art. C’est sur tout ça que nous avons travaillé «

Maitre Assira :»Que l’accusation nous précise combien de fois le dg a intimé l’ordre à l’agent comptable ou à l’agent financier d’exécuter d’office, une opération quelconque, sans l’aval du conseil d’administration.

Réponse; il n’y a pas eu de résolutions formelles signées de M. Beh Mengue, mais.une immixtion« No comment ! C’est à se demander s’il n’y a pas eu un faux départ, une précipitation préméditée dans cette affaire qui a conduit M. Beh en prison. Comment expliquer que l’accusation jusqu’ici ne présente rien de concret? A ce stade le tribunal devra bientôt statuer sur les charges suffisantes ou pas. Une relaxation pure et simple ne serait que justice.

L’affaire a été r’envoyée au 19 février prochain à la demande du -ministère public pour ses réquisitions intermédiaires, observation de la partie civile et suite de la procédure.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter