Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 26Article 569431

General News of Tuesday, 26 January 2021

Source: Actu Cameroun

Adamaoua : la double peine des populations

L’enclavement de la région et l’éloignement des formations sanitaires des populations représentent un réel problème pour les autorités sanitaires. Difficile alors pour la délégation régionale de la santé de pouvoir intervenir et réagir en cas de problème signalé.
La région de l’Adamaoua connaît un niveau d’enclavement qui inquiète. Sur les 9 districts de santé, seul le district de santé de Meiganga est relié au chef-lieu de la région par une route bitumée, la nationale N°1 qui traverse Meiganga. Les autres districts en dehors de Ngaoundéré urbain et rural sont ‘ déconnectés du centre. Rallier le districts de Djohong, Tignère, Bankim, Banyo etc est un véritable combat pour les autorités sanitaires de la région.

En saison des pluies, la situation est d’autant plus complexe que les pistes qui mènent dans ces zones inondées, empêchant l’intervention à temps de la délégation régionale de la santé. « Dans certaines parties de la région, les populations sont très éloignées des formations sanitaires. De même dans le district, qui est très enclavé, de Djohong, Banyo. Nous avons le problème d’accessibilité. Il faut parcourir dans certaines localités plus de 50km voire 100km pour atteindre une formation sanitaire, c’est l’un de nos problèmes », explique Dr. Zakari Yaou Alhadji, délégué régional de la santé publique de l’Adamaoua.

Selon le délégué, le manque d’entretien des pistes rurales et communales participe énormément à accentuer les problèmes dont font déjà face les populations. « Vous convenez avec moi que l’Adamaoua n’a pas assez des routes. Le seul goudron ne relie que Meiganga à Ngaoundéré et Ngaoundal au plus. Le reste se sont des routes qui ne sont pas entretenues et l’accessibilité pour mener l’action de santé publique devient difficile. Il est difficile pour nous d’atteindre nos objectifs et nos indicateurs traceurs en santé publique ».



En plus du problème d’enclavement, les indications de la cellule d’informations sanitaires sont largement dépassées dans la région. « La région de l’Adamaoua compte au total 185 formations sanitaires publiques et privées tout niveau confondu dont 55 formations sanitaires privées et 130 publiques. Ce qui est très insuffisant pour la population de la région avec notre cible statistique de santé qui est estimée à 1 395 000 habitants selon la Cellule d’information Sanitaire (CIS). Selon cette cellule, nous sommes à 1 395 000 habitants et nous n’avons que 1 85 formations sanitaires », ajoute-t-il.

Face à ce problème, le conseil régional installé le 22 janvier dernier devrait donc prendre à bras le corps le désenclavement de la région, et partant en mettant un accent particulier sur la santé par la multiplication des infrastructures. En ce moment où on assiste à une nouvelle flambée des cas de covid-19 dans l’Adamaoua, le désenclavement pour des interventions sanitaires rapides fait office de priorité.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter