Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 10Article 612922

Actualités of Tuesday, 10 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Adamaoua : comment l’Etat a jeté 10 milliards en brousse

Malgré cet investissement les routes ne sont pas viables. Malgré cet investissement les routes ne sont pas viables.

Malgré cet investissement les routes ne sont pas viables.

Les entreprises adjudicataires estiment qu’elles n’ont pas de compte à rendre.

Ces entreprises constituent de véritables freins à la réalisation de ces projets.

L’Etat du Cameroun a investi 10 milliards dans les chantiers routiers de l’Adamoua. Cette enveloppe a principalement servi à bitumer l’axe Bois de Mardock-Université de Dang. La route Garoua Boulai Nandéké constituée de quatre ponts et notamment celui du Lom, long de 130 mètres et plusieurs autres chantiers routiers dans cette région. Seulement plusieurs de ces chantiers ont présentées des insuffisances.

En visite de travail dans la région de l’Adamaoua sur l’un des chantiers de l’axe Ngaoundéré-Garoua, le ministre des Travaux publics (Mintp) n’avait pas caché sa déception quant au niveau d’avancement de l’ouvrage. «Je ne suis pas satisfait du travail parce que cela commence à prendre beaucoup de temps. L’entreprise a été contractualisée pour dix mois de travaux. Elle est en train d’aller au-delà », a indiqué le Mintp à propos de l’axe Bois de Mardock-Université de Dang. Ayant noté plusieurs insuffisances sur de nombreux axes routiers au cours de sa tournée dans les chantiers de réhabilitation en cours dans les régions de l’Adamaoua et du Nord, Emmanuel Nganou Djoumessi avait aussitôt pris des sanctions. «Nous avons été amenés à mettre en demeure ces entreprises. Et l’évaluation de notre mise en demeure va intervenir dans 21 jours, afin que nous puissions en tirer les conséquences», avait-il indiqué.

La colère du député Abba Alim.

A la suite du ministre Nganou Djoumessi, le député de la Vina a aussi fait ce constat du mauvais travail fait par certaines entreprises dans l’Adamaoua. « L’Etat débloque des centaines de millions dans la région de l’Adamaoua pour les projets d’entretien routiers. Mais les entreprises constituent de véritables freins à la réalisation de ces projets. Entre 2010 et 2020, l’Etat a investi dix milliards pour l’entretien routier dans la région de l’Adamaoua. Mais la réalité sur le terrain est tout autre. Certains responsables d’entreprises nous rétorquent qu’ils n’ont pas de compte à nous rendre, sauf à Yaoundé. Ces entreprises sont celles qui sont à l’origine des malheurs des populations et du sous-développement, car là où la route passe et cette route est bien entretenue, le développement suit », a déploré l’élu local.

Le député parlait ainsi alors que certains chantiers dans la ville de Ngaoundéré peinent à être livrer. Depuis le passage de la mission d’audit conduite par l’honorable Abba Alim, certaines entreprises s’activent à faire de leur mieux sur le terrain soit pour modifier améliorer leur travail ou rattraper les délais.

Rejoignez notre newsletter!