Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 27Article 569674

General News of Wednesday, 27 January 2021

Source: Actu Cameroun

Achats des vaccins anti-Covid-19 : le Cameroun en quête de financements

Suite à la conférence des ministres de la santé de la zone Cemac, Manaouda Malachie, relève que Gavi alliance va offrir les vaccins ariti-Covid-19 à 20% de la population camerounaise.
Face à cette situation, le gouvernement est à la recherche d’autres financements pour acquérir les vaccins additionnels pour le reste de la population. Au moment où l’opinion publique est fortement divisée sur la question, les ministres de la santé de la zone Cemac, viennent d’approuver la vaccination contre le Covid-19.

Le gouvernement est au laboratoire, la structuration d’un plan national de déploiement et de vaccination anti-Covid 19 passe au scanner. Les acteurs impli qués examinent le processus. « Nous constituons le conseil scientifique au sujet du vaccin à adopter. Comment il faudra le faire ; quelles sont les priorités qu’il faudra adopter », a relevé le ministre de la Santé Publique, le Dr. Manaouda Malachie. Parlant des priorités, il y a la question du financement.

Le partenaire financier et technique l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’immunisation (Gavi), attend couvrir 20% de la population. L’État du Cameroun est encore en quête de fonds pour acquérir les vaccins additionnels pour les personnes restantes. « Si on prenait seulement les groupes cibles ou à problème qui ont des commodités, on pourrait déjà consommer les 20%. Il est bon comme l’a instruit le Président de la république, qu’on recherche d’autres financements additionnels pour pouvoir tenir », a ajouté le Min-santé.



La sous-région se concerte aussi pour un potentiel vaccin contre le virus, le nombre de cas cumulés, soit plus de 56000 cas positifs, dont plus de 2600 cas actifs et 880 décès préoccupent les ministres de la Santé de l’Afrique centrale, qui se sont concertés du 19 au 20 janvier 2021 à Yaoundé, par visioconférence. « Au jour d’aujourd’hui, toute notre sous-région est d’accord pour la vaccination », confie Manuel Nso Ada, secrétaire exécutif de l’Organisation de coordination et de coopération pour ta lutte contre les grandes endémies en Afrique Centrale (Oceac).


Le Cameroun à l’avantage de la situation épidémiologique, qui est certes préoccupante, mais pas alarmante. De ce fait, l’acquisition d’un vaccin n’est pas une urgence. « Ça nous donne le temps nécessaire pour apprécier le vaccin qui est plus efficace, le vaccin qui a moins d’effet secondaire, et le vaccin qui est mieux approprié pour nous », rassure le patron de la santé publique.

Un défi logistique
Se procurer le vaccin n’est pas le seul défi auquel font face les pays d’Afrique. Les vaccins actuellement inoculés en Europe ou aux États-Unis, ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna, utilisent la technologie novatrice reposant sur l’ARN messager et nécessite un stockage à très basse température : -70 degrés pour le premier, 20 pour le second. Ce qui représente un véritable casse tète logistique pour le distribuer, encore plus dans des régions isolées ou sous des chaleurs tropicales.

« Pour certains pays et certains segments de la population, c’est bien sûr possible mais c’est très difficile. Nous avons été dans des endroits où, pour le transport, le dernier kilomètre se fait à l’arrière d’une moto », explique Frederik Kristensen, le numéro deux de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), à l’AFP.

« Le vaccin de Pfizer/BioNTech n’est pas adapté au contexte africain. Vu les problèmes d’infrastructures en Afrique, il est impossible de stocker les vaccins aux températures requises », souligne Mama-dy Traoré, qui attend davantage d’autres vaccins, à commencer par celui du laboratoire Astra Zeneca.

Si son e ficacité est inférieure (62 %) à celles des vaccins de Moderna (94 %) et de Pfizer (95 %), le produit d’Astra Zeneca présente de..x avantages majeurs pour les pays africains : sa température de stockage se situe entre 2 et 8 degrés et les doses sont beaucoup moins chères, entre deux et trois dollars par injection contre 25 au minimum pour les deux autres.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter