Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 15Article 484810

General News of Wednesday, 15 January 2020

Source: Emergence N°1600

Accusé d’avoir détourné 122 millions, l’ancien maire d’Ambam se défend


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Tout porte à croire sieur ElaEkoto (2007-2010) est victime d’un acharnement du préfet du département de la vallée du Ntem.


L ’audience du 14 janvier 2020 au Tribunal criminel spécial (Tcs) dans l’affaire de la Commune d’Ambam, a trahi une sorte d’acharnement contre sieur ElaEkoto Jolinon F. Les faits indiquent qu’en 2010, l’ancien patron de l’exécutif communal a été débarqué par les soins du préfet de la vallée du Ntem. C’est à la suite des délibérations relatives à la destitution du maire accusé dans le dossier 014/G-TCS/2020. Le concerné a été mis en difficulté à la suite d’une enquête sur la gestion de la redevance forestière annuelle (Rfa) et bien d’autres charges relevant de la compétence de la municipalité.


Soit, la somme totale de 122 910 530 fcfa dont 41,525 millions pour la Rfa, 40 millions pour des travaux fictifs, 6,7 millions pour des créances fictives, 3 millions pour des dépenses non justifiées et 23,5 millions pour des programmes apparentés. Face à ces arguments soutenus par la Commune d’Ambam (Mindevel) et l’avocat général, l’accusé se défend. Son témoin, le nommé Kangne Jean, expert financier et auteur de la première partie du rapport qui incrimine le maire, est formel : « aucun document comptable n’a été produit lors de la réalisation de l’audit sur la gestion du maire », du moins, du temps où il conduisait le dossier, peu avant le décès du nommé Biheck François.


Bien plus, ce dernier n’avait aucune connaissance de la technique de production d’un audit financier, soutient-il. Ici, il convient d’indiquer que le témoin a également déposé pour l’accusation le 19 avril 2019. Questionnement Selon le témoin, l’audit commandé portait uniquement sur les années 2007-2008-2009. Elle prend en compte la période qui incrimine le maire (ElaEkoto), le secrétaire général (Ndongo) et le receveur municipal (Minko Mi Nnanga Jean).Les faits indiquent également que le maire déchu n’a pas été confronté à l’acte d’accusation, que le tribunal de grande instance de la localité n’a pas pu fournir des documents incriminant et que seul le programme de sécurisation des recettes forestières a fourni les pièces du dossier sans pièces comptables (permettant d’établir les recettes et les dépenses). D’ailleurs, sieur ElaEkoto, remarque l’audit, semble avoir 2 pages au lieu de 11 tel qu’on veut le faire croire.L’affaire a été reportée au 03 mars 2020 pour examen du dossier d’audit produit par l’accusation et pour suite de l’audition du témoin.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter