Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 27Article 487579

General News of Monday, 27 January 2020

Source: Actu Cameroun

Accoutrements, sabotage et corruption: les coulisses d’une campagne électorale normale ?

La campagne électorale en vue des élections législatives et municipales du 9 février prochain bat son plein au Cameroun depuis son lancement samedi 25 janvier 2020. L’occasion de faire le point sur certains faits de campagne qui peuvent parfois être inédits.

C’est le cas de maître Ngambi Boog Daniel, avocat stagiaire et candidat pour le compte du Parti pour la Réconciliation Nationale du Cameroun (PCRN), de Cabral Libii, à la mairie de Ngog Mapubi, dans la région du Centre. Celui-ci est apparu sur ses affiches de campagne avec sa tenue de profession à savoir une robe d’avocat. L’ordre des avocats au barreau du Cameroun a réagi en sommant Me Ngambi Boog Daniel de retirer de tous ses supports publicitaires et affiches portant ses photos en toge d’avocat. Ce dernier n’a pas attendu qu’on insiste. Il a vite imprimé de nouvelles affiches de campagne sur lesquelles il apparaît en costume trois pièces.

A Maroua, dans l’Extrême-Nord, cette fois, c’est Salmana Amadou Ali, candidat du Front pour le Salut National du Cameroun (FSNC) au poste de député dans la circonscription de Diamare centre, qui a pris à la légère sa tenue vestimentaire. Il s’est présenté au meeting de lancement de sa campagne en survêtement du club français du PSG, au milieu des militants vêtus aux couleurs du parti du ministre Issa Tchiroma Bakary. Ce qui n’a pas manqué d’alimenter les critiques au sein du parti.

Le RDPC doublement accusé

Du côté de Douala 5ème, la rivalité est de mise entre le RDPC et le SDF, les deux partis rivaux qui ont pourtant dirigé la Commune d’arrondissement sept ans durant. Carlos Ngoualem, tête de liste du SDF pour le scrutin accuse les hommes de main du maire sortant d’avoir déchiré les affiches de campagne de la liste du parti qu’il représente dans les locaux de la mairie.

La commune de Monatélé dans la région du Centre, elle, serait confrontée à un cas de corruption provenant du RDPC, à en croire Denis Émilien Atangana, tête de liste du parti Front des Démocrates Camerounais (FDC) pour les municipales. « Après avoir refusé la somme de 50 millions de FCFA pour le retrait de la liste du FDC aux élections municipales à la commune de Monatélé, le RDPC a décidé de corrompre certains membres de ma liste. Heureusement que sur le plan juridique, aucune démission n’est valable après dépôt de la liste à ELECAM. Ridicule le RDPC », déclare Émilien Atagana.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter